Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Fukushima, industrie nucléaire et médias : le courage des lâches

 


L'accident nucléaire de Fukushima expliqué en 1

 

 

A propos de la catastrophe nucléaire japonaise de Fukushima…de son traitement

et de sa couverture médiatique au moment des faits.


____________________

 

 

                    Certes, Areva et sa patronne Anne Lauvergeon fanfaronnent, et les agences gouvernementales françaises aussi. Quant aux médias institutionnels… ils sont sans pitié pour Tepco, le Gouvernement et l’Etat japonais.

 

Mais... si par malheur une telle catastrophe devait arriver en France, nul doute, nombreux seraient ceux qui, par curiosité, souhaiteraient vérifier si Areva et le Gouvernement français maintiendraient les mêmes soucis de transparence et d’honnêteté. Quant aux médias institutionnels (Journaux de 20H, presse quotidienne, magazines, radios publiques et privées)... même curiosité : feraient-ils preuve de la même témérité, voire… de la même arrogance et de la même insolence ?

 

Pour toute réponse… une piste : le fameux nuage de Tchernobyl et la complaisance de médias appuyés et soutenus par Météo-France : "Rassurez-vous, bonnes gens : le nuage ne passera pas !"

 

 

 

***

 

 

 

                  Vraiment, il semblerait que les médias institutionnels aient, sur cette catastrophe nucléaire de Fukushima, le courage… non pas de leur métier - celui du journalisme -, mais ce courage bien particulier, un courage propre… aux lâches ! Oui le courage des lâches (ou celui des escrocs... pour le monde de l'entreprise) ! Trop heureux ces médias de se trouver à l’abri, non pas des radiations mais… du danger d’une rétorsion professionnelle de leurs employeurs et/ou de leurs actionnaires (pour le service public : le Gouvernement et l’Etat) dans le cas où la vérité des faits (et des coûts, tant humains que matériels) les intéresserait d’un peu trop près : menaces, écoutes, mises au placard, licenciements...

 

Car... il faut le savoir : l'Industrie nucléaire ne plaisante pas avec le nucléaire ; et la vérité est à cette Industrie mortifère ce que la torture est à la confession.


 

_________________

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :