Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Themroc de Claude Faraldo

                                     THEMROC (Claude Faraldo, 1973) from Spectacle Theater on Vimeo.

 

                Les grands fauves de la subversion sont de  retour ; finis les prolétaires gentils - métro, boulot, dodo -...  

                L'An 01 de Rivette, Guy Debord, Jean Eustache et Jean Yanne comme autant de témoins des premières années de la décennie 70, après "Bof", son premier long métrage, Themroc c'est  Claude Faraldo (un temps chauffeur livreur) qui  fait  la révolution sur les vestiges des barricades ouvrières de Mai 68 et de l'échec de toute une classe 5 années plus tard  ; le consumérisme a fait des ravages ; il a noyé les rêves d'indépendance et de liberté de la classe ouvrière dans le fétichisme d'une marchandise  qui s'autorise tout et qui ne laisse aucune terre, aucun cerveau en friche ; les herbes folles n'ont plus qu'à bien se tenir !

                Themroc se veut un cri de guerre, un cri de ralliement. Son cri  aura pour écho féminin "Rocthem" ;  film parlant une langue totalement inconnue, une langue onomatopée, la langue de ceux qui n'ont plus rien à dire mais tout à hurler, c'est un ouvrier peintre en bâtiment  en rupture ( et c'est peu que de le dire!) qui donnera le tempo, mènera la danse, Michel Piccoli en l'occurrence  qui demeure, quoi qu'on puisse dire, l'acteur de sa génération (avec Michael Lonsdale) qui n'hésitera pas à prendre quelques risques avec sa carrière.

 

themroc claude faraldo, piccoli serge uleski themroc

              Révolte d'une détermination invincible de prolétaires maintenant révolutionnaires et anthropophages pour lesquels les CRS sont de la viande à méchoui... loups-garous irruptant,  corps exultant, gémissant, extasiés, hommes et femmes confondus,  ode libertaire sans vergogne, "Themroc" est irremplaçable.

              Mais alors.... près d'un demi siècle plus tard, qu'en est-il de ce cri de guerre ? Qui peut encore le pousser et à quelle fin ?  

             Et puis aussi, et puis surtout : qui s'en fera l'écho ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :