Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Alexandre Langlois, du syndicat de police VIGI : le policier qu'il vous faut !

Billet rédigé en  2019

 

                 

              Et accessoirement, le gendre idéal aussi !

 

Chouchou des médias favorables aux Gilets jaunes (saluons ces médias trop rares !), comment ce syndicaliste d'un syndicat VIGI ultra-minoritaire qui compte 4 encartés et qui recueille 3 votes aux élections professionnelles ( le 4è vote aura été oublié par l'encarté, tête en l'air qu'il est !)... comment donc a-t-il pu à ce point duper les Gilets Jaunes ?

Car enfin...

Jamais ce syndicaliste à la tête d'un syndicat privé d'adhérent ne condamne les violences policières  ou bien, pour mieux s'empresser de les excuser !

Jamais non plus, ce syndicaliste-policier sympa ne mentionne les 400 ouvertures d'enquêtes de l' IGPN restées sans suite car à ce jour, aucune sanction n'a été prise contre quelque policier que ce soit !

 

                      


 

             Certes, Alexandre Langlois prend soin de préciser qu'il soutien une police  dédiée à la défense de la veuve et de l'orphelin ; d'autre part, il ne manque pas de fustiger l'Etat Macron. Mais alors, sans doute ignore-t-il l'histoire de sa police, de cette police, de "notre" police, et particulièrement son casier historico-judicaire : la répression sanglante des grèves ouvrières du 19è et du début du 20è siècle, celle des insurrections de 1848 et de la Commune de Paris de 1871; de la période de l'Occupation à la torture en Algérie, la répression dans nos colonies des Antilles et de l'océan indien, sans oublier les morts au Métro Charonne et les massacres du 17 octobre 1962... ici en France...

              Méprisé par ses collègues qui eux assument aujourd'hui leur métier qui consiste aussi et surtout, après avoir servi la veuve et l'orphelin, à participer au racket des automobilistes, aux contrôles incessants de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un Arabe, un Musulman, un Africain, et au tabassage de centaines de Gilets jaunes sans protection, hommes ou femmes confondus, dans une impunité totale...

                      Alexandre Langlois, tout policier qu'il n'est pas et n'a sans doute jamais été, ignore finalement - et les médias avec lui -, qu'il n'y a jamais eu, qu'il n'y aura jamais de police a priori républicaine ; il n'y a que des Etats, des gouvernements et une chaîne de commandement en ce qui concerne le maintien de l'ordre... républicains ou non.

 

                Le vrai métier d'un policier, c'est d'obéir. Et l'on peut dire que tous s'en donnent à coeur joie depuis des mois face au mouvement des Gilets jaunes même si l'on peut douter que la chaîne de commandement  mentionnée plus haut leur ait donné explicitement l'ordre de tabasser à 6 contre une, après l'avoir tirée par les cheveux à l'écart et à l'abri des regards indiscrets, une femme qui hurle au supplice (ICI).

Néanmoins, nous ne sommes pas dupes : c'est bel et bien un service d'ordre sur un "mode terreur" qui a été mis délibérément en place par l'équipe de Macron dès les premières semaines du mouvement ; terreur d'une efficacité redoutable puisqu'une grande partie des manifestants présents à partir du 17 novembre et les semaines suivantes, traumatisés par la brutalité de la répression - les retraites en particuliers - ont depuis, désertés les rues. 

Précisons que tous les syndicats de policiers et leurs membres se sont ralliés à ce choix d'un service d'ordre sur le "mode de la terreur" sans broncher et avec zèle. Des centaines de vidéos sont là pour en témoigner. 

Là encore, notre policier modèle s'est bien gardé d'en faire état.

 

                Esprit confus, force est de constater qu'Alexandre Langlois s'est trompé d'emploi stable : il n'a rien à faire dans la police .... à moins qu'il nourrisse en secret le projet de nous vendre l'idée que toutes nos conquêtes sociales nous les devons à cette police et à leur défense incessante de la veuve et de l'orphelin, ... à cette police protectrice des plus faibles : " Mais oui ! mais c'est bien sûr ! les CP, c'est la police ! La Sécurité sociale, c'est la police ! La liberté d'expression, c'est la police !".

               Salaires indignes, des milliers d'heures supplémentaires impayées, commissariats infestés de rats et de punaises, suppression de milliers d'emplois par un Président Karcher plébiscité par des policiers crédules, des véhicules vétustes, des policiers dans l'obligation de financer leur matériel et leurs vêtements de protection...

C'est tellement évident : n'attendez jamais le respect de vos droits et de votre intégrité physique d'une police capable d'accepter des années durant de telles conditions de travail ; pour ne rien dire de l'échec aussi calamiteux que scandaleux de leurs syndicats que tous soutiennent bec et ongles.

Comme un fait exprès, de l'aveu d'un certain nombre de policiers, une grande partie des ordres reçus était illégale. 

Aussi, rien de surprenant que l'Etat soit dans l'obligation de couvrir 99% de leurs bavures à tous, ne serait-ce que pour leur faire oublier le mépris avec lequel cet Etat, leur employeur, les considère car enfin, lorsque le faible (le policier) est sans courage face au fort (l'Etat) qui l'humilie, c'est alors qu'il prend pour cible un plus faible que lui ( un gilet jaune).

Quant à notre policier modèle, Alexandre Langlois, si la veuve et l'orphelin l'intéressent tant, et pas simplement la sécurité de l'emploi - la motivation première inavouée et inavouable de toute candidature dans ce corps de métier pas très regardant sur le niveau d'instruction des candidats et sur leur moralité - , on pourra sans difficulté lui indiquer la voie à suivre ; celle qu'ont emprunté de tout temps, ceux à qui on doit nos protections sociales et démocratiques.

              Et devinez quoi ! Aucun d 'entre eux n'était membre de notre police tellement républicaine et droit-de-l'hommiste... et tout et tout et tout !

 

 

PS : plus tard, Alexandre Langlois se rachètera ; il fera « le job » avec son ouvrage dynamite "L'ennemi de l’intérieur" édité chez Talma éditions ; ouvrage qui dénonce une hiérarchie policière lâche, arbitraire et corrompue, véritable ennemie du métier de policier. Les médias dominants se garderont bien d’inviter Langlois ; seule Sud Radio et la dissidence sur Internet lui accorderont l’intérêt que cet ouvrage pas seulement courageux mais téméraire mérite.

 

Aujourd'hui, 8 juin 2022, Alexandre Langlois ne fait plus partie des forces de police.

_______________

 

Pour prolonger, cliquez : Les gilets jaunes - le dossier

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article