Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

L'homme de Londres : Simenon, Decoin et Béla Tarr

..

             "Toute la vie durant, on ne fait qu'attendre ; attendre quelque chose qui va changer nos vies ; quelque chose qui nous rende meilleur aussi- Béla Tarr

.

lhomme-londres-simenon-decoin-bela-tarr-L-nE_6AI.jpeg

                   L'homme de Londres de Georges Simenon - adaptation pour le cinéma d'Henri Decoin - 1943

  

               Maloin, homme marié, père de deux enfants, mène une vie simple, stable et monotone ; une vie sans but. Lorsqu'il devient témoin d'un meurtre et met la main sur une grosse somme d'argent, sa vie bascule : Maloin incarnera alors l'indestructible désir des êtres pour la vie, la dignité, la liberté et le bonheur. 

 

***

 

              Là où Henri Decoin a besoin de raconter une histoire pour faire son cinéma dans son adaptation du roman de Simenon en 1943, Béla Tarr, avec le même roman, n'aura besoin que de représenter un homme car, pour Bélar Tarr, faire un film ce n'est pas raconter une histoire mais... représenter quelque chose :

 

             "Je déteste les histoires" précise-t-il. Quant à la réalité : "La réalité est difficilement saisissable (1) et donc... représentable ; je préfère l'imaginaire."

             Bélar Tarr n'a pas besoin d'acteurs non plus... mais de personnalités : " Je choisis des personnalités et des situations proches de leur vécu". 

 

                                              

           L'homme de Londres  - représentation de Béla Tarr pour le cinéma - 2007

.

***

 

            A ceux qui ignorent encore tout ce qui sépare un réalisateur d'un cinéaste-auteur, et qui plus est... cinéaste-artiste... il leur suffira, après lecture du roman de Simenon, et pour lever ce doute, de visualiser son adaptation par Decoin et sa représentation lancinante par Bélar Tarr.                 

              L'homme de Londres : un roman, deux films, deux maîtres d'oeuvre donc : l'un réalisateur, l'autre... cinéaste-artiste ; deux protagonistes qui, une fois encore, entre adaptation et représentation, posent la question du lien entre la littérature et le cinéma et de son traitement (2); et au-delà : la place de l'artiste.           

 

media.jpg

 

 

 

 

 

 

Béla Tarr apporte une réponse : le cinéma face au roman n'a qu'un rôle à jouer : sublimer ce roman qui viendra à son tour métamorphoser sa représentation cinématographique comme un effet boomerang - transcendance et transfiguration -, jusqu'à ce qu'il ne soit plus possible de ne pas (re)penser la lecture de l'un suite à la visualisation de l'autre ; et vice versa

 

1 - Les frères Dardenne sont sans doute les seuls à y parvenir depuis 20 ans même si dernièrement, ils ont commencé à "mentir" aux téléspectateurs dans leur tentative de leur "vendre" une fiction. La montée des marches de Cannes, année après année n'y est sans doute pas pour rien car la veste de smoking c'est plus fort que tout.

 

2 - La quasi totalité de la production cinématographique - même la meilleure -, a pour origine un texte - romans, nouvelles, théâtre, essais, BD... sans oublier le fait-divers ; ce qui pose la question de l'autonomie du 7è Art et de sa qualification en tant que discipline auto-génératrice d'un imaginaire et d'un univers création artistique de premier plan. Et là encore, Béla Tarr apporte une réponse on ne peut plus convaincante.

 ___________________

Pour prolonger et rebondir cliquez Cinéma, de film en film

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article