Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Ressassement, amenuisement et affaissement : quand chez les aveugles, Zemmour est roi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Zemmour par-ci, Zemmour par-là… au fil des ans et de ses interventions, dans le choix de ses cibles, difficile de ne pas faire le constat suivant en toute lucidité et en toute bonne foi, loin de tout procès d’intention : tout comme Finkielkraut et Elisabeth Levy, Zemmour n’acceptera qu’une France, celle qui lui a permis (et lui permet) d’occuper dans les médias dominants un statut et une place de choix, sans partage et sans considération aucune pour qui et quoi que ce soit d’autre : une France taillée sur mesure pour Zemmour seul sur le dos de tous les autres qui n’auront jamais assez d’une vie pour gravir les marches d’une réussite fantomatique : on pensera aux minorités visibles et invisibles ; minorités ethniques et/ou cultuelles.

Même une Christiane Taubira insultée en 2013 n’aura pas droit à un mot de compassion de Zemmour qui fera le choix délibéré de reléguer les insultes racistes à son égard au rang de ce qui se dit dans les cours d’écoles ; interprétation triviale à dessein : celle du mépris ; et comme une calamité n’arrive jamais seule… on mentionnera aussi, à l’aune de ce qu’un Zemmour est encore capable d’énoncer, une Christiane Taubira, alors Garde des Sceaux, frappée du soupçon d’une nomination dans le cadre d’une discrimination qui se voudrait positive ; ce qui, aux yeux de Zemmour, mérite déjà en soi une condamnation sans rémission.

En effet, n’est-ce pas Eric Zemmour qui a lancé à la cantonade une fois, sinon deux : «Ce n’est pas moi qui ai été nommé ministre parce que j’étais noir et femme !»

Mais alors, à partir de quand et sous quelles conditions, aux yeux de Zemmour, est-ce que l’on cesse d’occuper un poste parce qu’on est noir, musulman ou homosexuel ou bien encore une femme ? Quand on est un homme, qui plus est... blanc ? Et certainement pas parce que le candidat serait tout simplement compétent ou du moins, pas moins apte qu'un autre ?

Zemmour  serait très certainement bien incapable de nous répondre, piégé par sa propre bêtise car Zemmour ne sait pas que l’on est son pire ennemi dans ce domaine, et que l’on pense toujours mieux avec l’intelligence des autres.

 ***

 

          Chaque intervention de Zemmour n’élève personne et rabaisse tout le monde, toujours ! Jusqu’à conforter les préjugés les plus éculés et les moins constructifs car l'audience est reine, Zemmour roi et les télé-spectateurs aussi dont on flatte les préjugés et les jugements à l'emporte-pièce du matin au soir !

Le service public chez Ruquier ( qui a "fait" Zemmour) a entretenu le Pape du PAF sans sourciller : France Culture, chez Finkielkraut qui partage le plus gros de l'arsenal lexical de Zemmour, ses obsessions, ses verdicts sans appel et autres tirs croisés à balles réelles, aussi !

C-News lui appartient pour ainsi dire ; en son absence, c'est Pascal Praud (1), l'animateur le plus sournois du PAF, qui assure l'intérim ; le Figaro lui fait aussi risette, sans doute pour ne pas être en reste.

          Zemmour incarne comme personne d'autre avant lui, l'impunité de la parole raciste consacrée. C'est entendu : pour les médias, Zemmour est un bon, un excellent "client" ! Et ce n'est sûrement pas un hasard s'il se trouve que le cheval de bataille de Zemmour n'est pas l'égalité et la fraternité mais... les Musulmans... encore et toujours ! Et derrière le Musulman : l'Arabe. Derrière l'Arabe, le Maghrébin ainsi que les Français originaires d'Afrique noire.

Les médias et Zemmour donc... chacun dans son rôle car si Zemmour ne s'intéresse principalement qu'aux Musulmans,  Maghrébins et Africains, les médias eux, ceux de nos milliardaires, en revanche, sont particulièrement agacés par la gauche anti-colonialiste, anti-nationaliste, anti-impérialiste et anti-raciste ; une gauche en faveur des mouvements d'émancipation chez nos compatriotes issus de notre histoire coloniale.

Faut dire que le Musulman et la Gauche, la vraie, font un parfait bouc-émissaire auquel on se garde bien, le plus souvent, d'offrir une tribune équivalente  !

Précisons tout de même ceci : 80% des propos de Zemmour sur les minorités arabes, musulmanes et noires transposés à la communauté  homosexuelle, celle des femmes ou bien alors, la communauté juive, seraient considérés sans l'ombre d'une hésitation comme passibles de poursuites ; Zemmour auraient été alors bannis des médias et des réseaux sociaux en moins de temps qu'il faut pour le dire et l'écrire.

Aussi, cherchez l'erreur... pour peu qu'il y en ait une !

          Star de la communauté juive originaire du Maghreb (avec Marion Maréchal chez les jeunes femmes de cette même communauté) il faut reconnaître que Zemmour brasse large, un Zemmour sans doute champion de natation dans une autre vie, et pour cette raison, nombreux sont ceux qui, avec lui, y trouvent leur compte : les xénophobes, les patriotes, les nationalistes, les racistes, les sionistes français et la nouvelle  idéologie française - le national-sionisme -, les BHL, les FA, le RN, les "réac", les homophobes, les ringards, les Cathos traditionalistes de la messe en latin et de la contraception dans les toilettes, la chasse tirée à coups d'aiguille,  les anti-bobos, les ploucs à l’ancienne, les anti-mondialistes de droite, les machos pathétiques contre la femme qui porte le pantalon et qui élève la voix, et d'autres encore, parfois innommables.

Plus espagnol que Zemmour (rapport à l'auberge du même nom) vous ne trouverez pas !

         Zemmour est bel et bien leur face cachée à tous, le côté pile de tout ce qui les motive, au fond et au tréfonds. Car, l'articulation par Zemmour d'un hypothétique "péril musulman" et d'un fantasmatique "remplacement de la population française de souche par ces mêmes Musulmans" cher à Renaud Camus, sert à merveille leur propre angoisse et leur désir de garder le contrôle et de continuer de dominer la scène médiatique.

Zemmour c'est la tache raciste, anti-républicaine, colonialiste et vichyste indélébile ; les médias s'en accommodent très bien car la bourgeoisie fera toujours le choix  (comme jadis le fascisme et le nazisme pour contrer le communiste) d'un Zemmour si le danger menace : celui de la remise en cause de son confort et moral et matériel:  son standing (2).

Tous courtisent Zemmour, (3) le couvent comme on couve un allié précieux : le personnel médiatique du Figaro, Atlantico, Marianne à mots couverts, BFM-TV, C-News, RTL, l'Opinion, le Parisien, le Point, l'Express...

La gauche, la vraie, elle, a pratiquement disparu des médias de masse, France-Info se contentant d'être le ventriloque de la communication élyséenne. 

 

1 - Pascal Praud, groupie de Zemmour, commentateur sportif - le foot principalement - reconverti dans la politique et les faits de société ; avec Praud, du lundi au jeudi, on est au "café du commerce" après le quatrième pastis ; deux pour les femmes... affligeant de bêtise et de haine à peine contenue. 

 

2 - A propos du rôle de Zemmour en lien avec la droite dite gouvernementale et l'extrême-droite infréquentable, merci de vous rendre ICI où il sera question de la liquidation de la lignée Lepen avec le troisième échec déjà programmé du RN à la Présidentielle ; liquidation qui ouvrira la porte de l'extrême droite à cette droite gouvernementale puisque le portier serait un "zemmour".

Et c'est alors que tout devient possible car permis, le racisme n'étant plus moralement condamnable (notez comme les médias de masse s’en repaissent de cette parole raciste !) ; seul l'antisémitisme (avéré tel ou bien simplement instrumentalisé) le demeure ; or, avec le retrait des Lepen, c'est à une virginité toute nouvelle auquel l'extrême droite peut maintenant prétendre en ce qui concerne ce délit.

D’autant plus qu’aujourd’hui il n’est plus question d’une opposition entre la Gauche, la vraie (Gauche qui n’est pas ou plus capable de gagner une élection quelle qu’elle soit) et la droite mais bien plutôt entre la droite mondialiste (Macron : PS + centristes de droite et de « gauche ») et une droite qui place l'immigration, nos compatriotes issus de notre histoire coloniale, le Musulman, au centre de la problématique française et non les questions sociales et économiques en lien pourtant direct avec le mondialisme (LR + RN).

 

3 - Il est grand temps de rappeler aux "zemmour de la politique" que la politique ne soigne personne ; que l'on ne soigne pas ses obsessions, ses névroses, sa paranoïa, sa psycho-sociopathie et pour finir, les affres de son histoire familiale, avec la politique qui plus est au détriment de la dignité auquelle chaque être humain doit pouvoir prétendre. 

Si l’on doit « débattre » avec zemmour, petite frappe de la politique, ce ne peut être que dans un seul but, un seul : rappeler que tout porteur d'une parole raciste doit être considéré en rupture avec notre République et qu’il ne saurait prétendre à aucune légitimité et respectabilité quelles qu'elles soient

 

***  

 

         Mais enfin, diable ! Pourquoi Zemmour a-t-il besoin de penser ce qu’il pense ?

        Zemmour maîtrise la dissimulation des véritables motivations qui se cachent derrière chacune de ses interventions ; et s'il lui arrive d'avoir raison contre plus bête que lui - comme un fait exprès, ses détracteurs appartiennent souvent à cette catégorie d'autant plus que Zemmour ce n'est jamais que le lycée qui fait la leçon au collège ; c’est la raison pour laquelle Zemmour coule des jours paisibles -  c'est qu'au royaume des aveugles les borgnes sont rois. 

Certes, on ne peut jamais cacher très longtemps d’où l’on vient ! et plus encore quand on n’en est jamais vraiment sorti. Et à ce propos, force est de constater que Zemmour n'est autre que le fils de ses parents et le fruit d’une seule histoire, la leur : colonialisme, Algérie française, guerre, OAS, expatriation et ressentiment ; jusqu’à cultiver une haine à peine contenue, vengeance et revanche ; une haine fonds de commerce du RN dans tout le bassin méditerranéen de Nice à Perpignan.

Histoire que Zemmour a épousée en premières noces avant même d'être majeur, voire pubère,  l’intériorisant sans doute bien au-delà de ce que pouvaient attendre de lui ses ascendants car enfin, est-ce que les parents tiennent à ce que leurs enfants leur ressemblent à ce point ? Rien n’est moins sûr !

Fier de cet héritage, garant de sa transmission - ressentiment, isolement et fermeture à l’autre et haine pathologique -, Zemmour contre Taubira, contre Thuram, contre les groupes de Rap, contre ce qui de près ou de loin touche à l'Islam, à l'Arabe, au Maghreb, inutile d'aller chercher plus loin... c'est Zemmour qui n'a de cesse de régler les comptes de ses ascendants sans jamais les solder, contre les Peuples colonisés et leurs descendants nés et/ou résidant sur le sol français. Et c'est sans doute là son drame le plus intime : Zemmour n'aura finalement rien choisi pour lui-même et de lui-même ; il n’aura fait que subir ses origines et un destin balayé par les vents d'une Histoire dont son creuset familial et communautaire n'avait rien anticipé faute d'une conscience appropriée ; l'ignorance, l'insouciance et l'arrogance n'étant d'aucun secours face à la puissance d'une volonté de justice et d'autodétermination.

Finalement, Zemmour, ça n'a plus rien à voir avec la France d'aujourdhui et de demain ; une sorte d'anachronisme historique et sociétal surgi d'outre-tombe ce Zemmour ! Baroud d'honneur d'un passé définitivement passé. 

On poursuivra avec la question de « la femme » et l’attention toute particulière qu'il accorde à la question de la place de cette femme dans notre société et son aversion envers celles qui ont déserté leur foyer (enfants et mari) pour la carrière, et plus encore, celles qui ont décidé de se priver de mari et d'enfants...   pour ne rien dire de celles qui ont choisi pour "mari" une épouse.

Suprême paradoxe et contradiction ultime : alors que Zemmour croit se tenir en pleine lumière, voilà qu'il côtoie les ténèbres.

Mais alors, à quand un Zemmour en faveur de la femme voilée de la tête au pied, femme invisible et cloîtrée, grossesse après grossesse  ?

 

           Pourquoi chercher plus loin ? Tenez ! Et si Zemmour n’était in fine qu’un petit machiste méditerranéen mal dégrossi - bien que malingre -, qui n'a jamais vraiment quitté son patelin ( ou bled) familiale (une sorte de plouc à l'ancienne, disons), les jupes de sa mère en particulier dont il n’a de cesse de louer le dévouement, une mère dans sa cuisine dès 6h le matin, toute sa vie durant, devant ses fourneaux jusque tard le soir, pour le grand bonheur d'Eric Zemmour enfant, et le plus grand malheur de tout ce dont on est en droit d'attendre d'un être humain : intelligence, générosité, compassion et courage.

           Pour sûr ! Un coup majeur porté à la croyance à la perfectibilité de l’être humain, fondement de notre civilisation française et européenne celle-là... que ce Zemmour !

            Si aujourd'hui tout propos anti-sioniste et antiraciste vous condamne à la relégation... le fait de placer le Musulman, la Gauche des troupes de Mélenchon, nos compatriotes issus de notre histoire coloniale enfin décidés à prendre en main leur lutte contre le sort injuste et cruel qui leur est fait dans le cadre d'un environnement discriminatoire confirmé au centre de la problématique française, voire européenne, un biais franchement anti-Musulman, un biais raciste, un biais anti-féministe, représentent un véritable sésame pour quiconque souhaite faire carrière dans les médias et en politique car  la xénophobie et le racisme sanctifient.

 

           Et enfin... et pour en finir... provisoirement...

          « Je » chez Zemmour "est un autre" …car rappelons ici que Zemmour a tout pris chez Philippe Muray, Alain Soral et Renaud Camus ; et Zemmour a tout rendu... d'aucuns diront "il a tout vomi"... tout recraché sans intelligence, sans talent, sans nuances, sans art car Zemmour est sans écriture ni langage. Pire encore, il n'a aucune manière d'être ce qu'il est : aucun style donc.

Sans physique, rachitique, sans charisme... petite frappe de la politique, décidément, Zemmour est bel et bien un homme de son temps ! un ersatz, sorte de succédané, instrument d’une société médiatique composée d'imposteurs aussi arrivistes et lâches que déterminés et vindicatifs. 

Urine et excréments de la politique et des médias, Eric Zemmour se croit mèche et flamme... alors qu'il n'est que suie ; une tache noirâtre au plafond, une salissure, une souillure.  

            

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :