Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Montauban - Toulouse : pourquoi là, maintenant ?

 

Billet rédigé en 2012

 

                 A tout passage à l’acte correspond un élément déclencheur ; une somme d’événements qui altère une situation et engendre une manifestation non plus mentale mais… physique.

Réalisation d’un acte sans parole jusque là contrôlé, donc réprimé par son futur auteur, il est écrit que le passage à l’acte est un moyen d'entrer en relation avec la réalité, mais par excès, en force.

« Il n’y d’acte que d’homme » nous dit Lacan. Et puis aussi : « tout acte au sens vrai est… un suicide du sujet, il peut en renaître, mais il en renaît différent… »

Ou bien encore : là où le langage défaille, l’acte vient à la place de l’indicible.

 

Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

 

                 Moment de rupture brutal, la décision de passage à l’acte est souvent empreinte d’ambivalence et mais elle reflète toujours une tension, une angoisse à son paroxysme, et donc intolérable.

 

      Mais... Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

 

                Si la réponse à cette question est sans aucun doute complexe (multi- factorielle), est-ce faire preuve d’un opportunisme mal intentionné, voire fâcheux et malhonnête, est-ce intenté un procès d’intention à qui de droit, en attendant de les nommer tous autant qu’ils sont, que de refuser d’exclure de cette réponse les paroles d’hommes et de femmes politiques - pour partie occupant les plus hautes fonctions, sans oublier les sous-fifres de la provocation et de la polémique à la fois pompiers et pyromanes -, qui n’ont de cesse depuis quelques années maintenant, et avec une franche détermination depuis quelques semaines, de souffler le chaud et le froid - deux pas en avant, un pas en arrière -, sur des sujets qui touchent à cette autre France… une France composée de citoyens de nationalité française ou non manifestement dépourvus des titres de compétences et des accréditations qui devraient garantir à chacun d'entre eux la condition de vie suivante : qu’on lui fiche une paix royale…

Car , si on ne prête – même fauchés -, qu’aux riches et aux puissants, que les penseurs et les acteurs d’une telle stratégie de la division et de la tension intercommunautaires ne se fassent aucune illusion : quand le cynisme politique nourrit la colère ou la folie, qu’ils sachent que tout passage à l'acte leur en donnera toujours plus qu'ils n'en demandaient  ou n’en réclamaient sans toutefois oser y croire.

Et la fusillade qui a pris pour cibles trois militaires (en 2012 l'armée française était encore en Afghanistan), un enseignant et trois enfants (pour ces derniers... tous membres d'une communauté jusqu’alors épargnée par cette stigmatisation et ce cynisme politique :  communauté juive donc - c'est à noter), semble le confirmer.

 

        Mais alors... Montauban, Toulouse, pourquoi là, maintenant ?

 

             Qu'il soit permis ici de rappeler que la mort n'éteint rien ; bien au contraire : elle éclaire tout..

Aussi... ne vous arrêtez jamais à la mort ! Et même si le nombre, le prestige des victimes, les larmes et les mobilisations sanctifient... continuez de scruter cette partie de la société composée d'acteurs politiques, sociaux et communautaires sûrs de leur bon droit mais... le plus souvent en dessous de tout.

 

         Pour prolonger, cliquez : Attentats 2015

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article