Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Les grandes catastrophes humaines du XXè siècle et la mémoire

 

                      Il n'y a rien de glorieux ni d'héroïque d'être passé ou d'avoir trépassé à Auschwitz ou ailleurs ! Comme si chacun avait eu le choix ; les uns d'y aller, les autres de refuser !

Il est vrai qu'à force de "matraquer" les consciences avec cet épisode de la Seconde guerre mondiale, on serait pourtant tentés, de le penser.

Cela doit cesser. 

 

***

 

                En prenant votre courage à deux mains, car il en faut, chers médias… pensez aussi, de temps en temps, aux camps soviétiques et ceux de la chine de Mao et de Pol Pot ! Ceux qui y ont laissé leur vie se comptent par millions : la faim, la torture, la maladie, l'épuisement et les exécutions sommaires.

 

Tous se sentiront alors un peu moins seuls au fond de leur trou.

 

Et puis ceci : la Seconde guerre mondiale c'est 60 millions de morts dont 45 millions de civils. S’évertuer à résumer cette guerre à la déportation d’une partie des Juifs d’Europe, c’est tout simplement considérer ces 60 millions de morts comme un « point de détail » de l’histoire, et c’est inacceptable. 

D'autant plus que... si la Première guerre mondiale accouchera de tous les mouvements politiques, intellectuels et artistiques majeurs du 20è siècle, en revanche... et contrairement à ce qui nous est demandé (exigé ?) de comprendre, force est de constater que la Seconde guerre mondiale, elle, n’a fait qu’accoucher d'une société de la consommation concomitante d'un pillage sans précédent de la planète et de son saccage, au "Twist à Saint-Tropez" des Yéyés, à "l'art comptant pour rien" fossoyeur de l'Art moderne et à l'hégémonie intraitable des USA sur l'Europe et le reste du monde.

D'autre part, l'après Seconde guerre mondiale verra le déclin irréversible de l'intellect ; déclin causé par une société de l'avoir qui a tout emporté car on n'imagine pas ce que ce déclin porté aussi par le monde de la culture, doit à cette soif de confort et de standing.

 

Il est aussi vrai qu'après Hiroshima et Nagasaki (les deux plus grands crimes racistes de l'histoire récente), cette Seconde guerre mondiale annonce avec grand fracas le recours systématique, sans vergogne ni état d'âme, aux bombardements massifs des civils... des années 50 à nos jours .... de la Corée, du Vietnam à l’Irak…. en passant par l'Afrique, le Cambodge, le Timor et Gaza… 

Car enfin, l’histoire humaine ce n’est jamais que l’histoire des massacres de masses, des maladies et de l’innovation (technique, technologique et scientifique) pour plus de confort, plus de profit, plus de domination et pour tuer plus de monde à chaque fois que les circonstances semblent l’exiger.

 

Aussi, il est grand temps que nous ayons une pensée pour TOUTES les grandes catastrophes humaines du XXè siècle sans hiérarchisation aussi honteuse que politiquement instrumentalisée aux fins de chantage et d'intimidation, de contrôle de la mémoire et de l'Histoire... de domination in fine. 

 

Car ce sont bien TOUTES ces catastrophes-là, catastrophes humaines propres au XXè siècle, qu’il faut enseigner : de la boucherie de la Grande Guerre aux bombardements massifs des populations civiles de ces dernières années et ce génocide ignoré au Congo RDC de plusieurs millions de morts depuis les années 90. Et l’on aura alors la pleine satisfaction de constater que cet enseignement à vocation exhaustive, qui ne laisse aucune histoire, aucune souffrance, aucune humiliation sur le bas-côté, sera reçu sans contestation parce que porté par une démarche de justice et de vérité soucieuse de l'unité de tous ces crimes qui n’en feront alors plus qu’un : crime indépassable. 

 

 

La culture, l'histoire, c'est toute la culture et toute l'histoire ... dans le cas contraire, c'est juste de la propagande dans le cadre d'une vision tronquée, délibérément tronquée, de notre histoire humaine aux fins de domination de classe, de chantage émotionnel, de culpabilisation, d'humiliation, et enfin : domination ethnique et/ou idéologique… toujours !

 

                Pour porter cette ambition et la mener à son terme, ambition d'un humanisme sincère, sans arrière-pensée de culpabilisation et de revanche, reste, certes, à trouver les hommes et les femmes dont l'autorité morale et intellectuelle (1) ne saurait être remise en cause car exemplaire. 


Et c’est sans doute là toute la difficulté de cette ambition d'une nécessité d'une urgence pourtant absolue, celle-là.

 

 

 

1 – Notez que cette autorité sur laquelle repose la légitimité n'a rien à voir avec le fait d'être ou pas une des victimes de ces catastrophes humaines du XXè siècle ; cette légitimité est ailleurs.... par exemple, dans sa capacité à pouvoir parler du malheur des autres avant le sien propre ; ou bien : en s'interdisant la moindre sympathie pour les bourreaux d'aujourd'hui victimes d'hier... 

 

 

Pour prolonger, cliquez : L'Histoire, cette continuation de la guerre

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article