Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Douze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories.

Coronavirus : être ou ne pas être chinois aujourd’hui à Paris…

Conte macabre

 

      A propos d’une actualité brulante, voici la confession d’un de mes amis qui souhaite garder l’anonymat : 

 

     "C'est étrange mais depuis l'annonce de l’arrivée en France de ce coronavirus je vois des chinois partout. J'en croise un, j'en vois mille. Pourtant, avant cette annonce, je ne les voyais pas dans mon quartier ni dans ma commune, là où ils sont supposés être ultra- minoritaires ; ce qu’ils sont dans les faits. N'empêche que maintenant je ne vois qu'eux. 

 

Et bien qu’il puisse s’agir de Vietnamiens, de Cambodgiens ne change rien à l’affaire : le moindre signe d’une appartenance au continent asiatique suffit : « C’est un Chinois, pour sûr ! »

 

Dans le 13è arrondissement de Paris, là où la densité de Chinois au km2 est la plus élevée de la capitale et de la région, j'ai pu assister à un va-et-vient continu d'un trottoir à l'autre, celui de gauche puis celui de droite, de piétons chinois qui tentent d'échapper à un autre piéton chinois venant à sa rencontre ; confrontés à ce va-et-vient incessant de milliers de piétons chinois à un instant T, principalement dans l’avenue de Choisy, difficile de ne pas penser à une sorte de ballet à la chorégraphie certes minimaliste (d’inspiration contemporaine très certainement, faute d’une technique développée) de pauvres hères paniqués et désespérés d'impuissance, visages tendus, regards scrutateurs, avides, à la recherche d'un non-Chinois, d'un visage européen en l'occurrence... mais rien n'est moins vain, rien n'est moins rassurant, car ce piéton que l’on croisera avec un soulagement... éphémère, hélas ! pourra très bien cacher d'un européen de retour d'un séjour en Chine ! N'est-ce pas ? 

 

J'ai fui. J'ai alors pris mes jambes à mon cou et j'ai fui sans demander mon reste.

 

Bière de la marque Corona retirée des points de vente, aujourd'hui, on ne compte plus les annulations de réservations dans les restaurant dits « chinois » pour la saint Valentin ; on a même vu des fumeurs renoncer à leur vice, oh combien répréhensible ! et d’autres encore, parcourir des kilomètres à pied, à cheval, en voiture, en train, jusqu'à la charrette à bras d'un autre temps pour les plus démunis, avec pour seul souci : ne pas avoir à franchir la porte d'un des nombreux bureaux de tabac parisiens tenus par cette communauté paisible ; et pour cette seule raison : communauté très sympathique.

 

Déjà, les associations anti-racistes se mobilisent ; elles donnent de la voix ; elles en appellent à la solidarité nationale selon le principe suivant : le risque d’une contamination doit être partagé équitablement par tous, quels que soient sa couleur de peau et ses origines ethniques ! 

 

      Mais alors, quelle est la solution pour les premiers concernés d’entre nous tous, à savoir ces milliers de Chinois du 13è arrondissement de Paris ?

 

Dans ma commune le problème ne se pose pas puisque les Chinois se comptent sur les doigts des deux mains ; ils sont ultra-minoritaires ; aussi, il me suffit de les voir venir de loin pour m’empresser de changer de trottoir d’un pas nonchalant en sifflotant, mine de rien. 

 

        Qu'à cela ne tienne ! C'est alors que le questionnement suivant surgit, angoissant, menaçant : "Etre ou ne pas être chinois dans le 13e arrondissement de Paris aujourd’hui"... car telle est la question qui en appelle une seconde : comment ne plus être ce que l’on est pour soi et pour ceux que l’on croisera inévitablement ?

 

 

     Sartre ( Jean-Paul) avait bel et bien raison ( une fois n’est pas coutume) : l’enfer, c’est vraiment l’autre, toujours !"

 

 

 

 

 

Telle fut la conclusion de cet ami maintenant souffreteux (fièvre et toux) dont j'ai dû dans l'urgence me séparer en composant le 15 à son insu. 

Il en a pris pour 40 jours, quarantaine oblige !

 

On n'est jamais trop prudent. Jamais.

 

 

------------------

 

Pour prolonger, cliquez : Coronavirus - conte macabre 2

P.-S.

         

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :