Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Haro sur la Pologne : qui cherche à soumettre ce pays fraternel ?

             

            Procès après procès... orchestrés par les médias de la globalisation et leurs propriétaires, si l'on en croit le dernier en date, la Pologne serait tentée de ré-écrire l’histoire de la Seconde guerre mondiale. 

Dans les faits, le problème est ailleurs ; et ce nouveau procès d'intention ne saurait en aucun cas masquer les motivations réelles derrière cette énième campagne de dénigrement diffamatoire :

 

           Il se trouve que la Pologne, victime de l'occupation et allemande et russe (Nazi et Soviétique), refuse de se faire moralement racketter (et sans doute aussi financièrement car Israël et ses relais en Europe ne sont jamais très loin quand il est question de ce sujet en particulier) en acceptant à son corps défendant de reconnaître sa co-responsabilité aux côtés des Nazis, au sujet de crimes commis sur son sol durant la Seconde guerre mondiale. 

Précisons dès maintenant que l'enjeu de cette mise en accusation n'est pas historique mais politique : soumettre à toutes fins utiles, dans la honte et la culpabilité (Après l'Allemagne et la France), une Pologne, pays de tout temps martyre, aujourd'hui réfractaire à une Commission européenne au service d'une globalisation qui broie les cultures, les nations et plonge les sociétés dans la division, la précarité et la pauvreté.

 

          Aussi, saluons au passage la lucidité de l'électorat de ce Peuple martyr et une partie de la classe politique polonaise qui ne sont manifestement pas pressés que des millions de leurs compatriotes boivent la tasse, dévastés dans leur vie quotidienne car les plus avisés savent que l'U.E par l'intermédiaire d'une Commission honnie par toutes les classes populaires et petites classes moyennes européennes (soit près de 60% de l'électorat européen à l'abstention qui oscille entre 40 à 60%) exigera d'eux prochainement que des centaines de milliers de leurs agriculteurs (en autres populations concernées) soient mis sur la touche, avant de devoir accepter, contents ou pas, leur suicide journalier ; une monnaie mortifère, le Deutsche Euro ou Euromark qui frappera de plein fouet le portefeuille des plus démunis ; sans oublier l'obligation que leur est faite de partager sans broncher le prix des conséquences de la destruction du Moyen-Orient et de la Libye ainsi que de l'exploitation éhontée du continent africain - son pillage, son infantilisation ; politiques qui n’ont de cesse de pousser toutes ces populations, par millions, vers cette Europe non pas partenaire mais complice des USA dans le crime ; une Europe qui tue d'une main et soigne de l'autre en reclassant à coups de salaires de misère pour le plus grand bénéfice des entreprises européennes et autres filiales américaines, ceux qu'elle n'a pas massacrés mais qu'elle a forcés à l'exil. 

 

Et puis enfin, les Polonais ne sont pas particulièrement pressés non plus de voir un des deux seuls trans-sexuels barbus résidant en Pologne, les représenter TOUS lors de la prochaine Eurovision.  

             Quant à l'antisémitisme polonais que ceux qui conduisent cette campagne de culpabilisation et de harcèlement n’oublient jamais de mentionner, on pourra se reporter aux ouvrages d'Israël Shahak (historien juif polonais vivant en Israël) qui ne manquent pas d'expliquer la place que les Juifs ont occupée en Pologne des siècles durant et le rôle qui était le leur aux côtés de propriétaires fonciers ( aristocratie et bourgeoisie) qui proposaient des conditions d’exploitation de leurs terres proches de l’esclavagisme dans un pays rural à 99% ; comme le souligne Israël Shahak, c'est bien plutôt d'une lutte des classes qu'il s'est agi même si cette lutte n'était pas revendiquée comme telle par une population de paysans qui, en revanche, savait qui faisait quoi et pour le compte de qui.

          Aussi, restons plus que jamais vigilants à propos de cet acharnement contre la Pologne car tous les procès lui seront intentés  - historique, moral, sociétal -, pour faire plier son gouvernement et ceux qui se succèderont. 

 

 

                    

          Précisons que la web-télé TVL est proche des Catholiques traditionalistes ainsi que de ce qu'il est convenu d'appeler l'extrême droite française.

Qu'à cela ne tienne, les faits, tous les faits sont têtus d'où qu'ils viennent.

Ce que l'on doit regretter c'est que seule TVL avec son biais d'extrême droite assumé, semble juger nécessaire de dénoncer la vaste entreprise de dénigrement dont la Pologne, son Etat et son gouvernement font l'objet dans les médias dominants européens. 

 

 

1 - La Pologne est dirigée par le PIS, un parti conservateur qui a un peu de mal avec la séparation des pouvoirs, comme ici en France (le mouvement Gilets jaunes nous aura rappelé qu'il n'y a pas de démocratie ni d'Etat républicain a priori : il n'y a que des hommes, des femmes qui chérissent ou pas les droits qui sont les nôtres et les devoirs qui sont les leurs en tant qu'élus) ; quant aux médias, ceux de nos milliardaires et ceux de l'Etat français dont les responsables sont nommés par le locataire de l'Elysée du moment, sont vraiment mal venus de critiquer les interférences du gouvernement polonais sur l'information. 

 

Ajoutons aussi dans un souci d’exhaustivité que le parti conservateur et une partie de l'électorat  ont encore quelques difficultés à respecter et à intégrer les minorités sexuelles (ultra-minoritaires) victimes d’amalgames fruit d’une ignorance certaine (pour le coup !) dont personne ne sort grandi.

 

Certes, on doit regretter tous ses manquements ( la paranoïa polonaise contre une supposée menace russe aussi) qui fragilisent ce pays et qui tend à l'U.E un bâton pour se faire battre alors que cette Pologne courageuse pourrait sans difficulté être soutenue par un bon nombre des membres de l'U.E ( ses classes populaires et moyennes) à propos des analyses qui sont les siennes ; analyses qui identifient un projet européen conduit par une Commission au service d'une globalisation qui broie les cultures, les nations et plonge les sociétés dans la division, la précarité et la pauvreté.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article