Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Crise de gestion du coronavirus : commentaires à propos de la communication étatique et médiatique - 2

 

Rien n’est plus dégueulasse qu’une prime face à la mort ! Rien n’est plus abject qu’une prime pour acheter le silence de ceux qu’on a laissés tomber ! Et puis enfin, rien n’est plus humiliant que de devoir taire sa colère et ravaler son orgueil pour toucher cette prime que l’on ne peut même pas se permettre de refuser : et c’est là, bien là, que l’humiliation de l’humilié face à celui qui l’humilie prend toute sa dimension : celle d’une impuissance à pouvoir lui rendre au centuple la monnaie de sa pièce scélérate. 

 

 

***

 

Nihilisme confirmée…

 

La gestion de la pénurie qui a supplanté la gestion de la protection des personnes a quelle origine ? ........ Un néolibéralisme forcenée ; le règne du chiffre et du calcul ; des politiques de paupérisation des Etats et de leurs prérogatives pour n'en garder qu'une : le monopole de la violence contre ceux qui refusent de se soumettre...

 

 

***

 

On s'en souviendra le moment venu... tout en prenant soin de ne pas l'oublier durant toute la crise pour mieux dénoncer cette pénurie scandaleuse ! 

 

Car… pénurie, pénurie, pénurie... tel est le maître-mot de la gestion de crise : gestion de la pénurie... à défaut de la gestion des risques et de la protection des populations et des soins nécessaires à la guérison des contaminés

 

En-veux-en-voilà de la pénurie : « Pénurie ! Demandez de la pénurie ! Demandez ! Combien vous en voulez de pénurie ? Où, comment, sur quel article, quel produit, quel matériel ? Deux pénuries pour le prix d’une, livraison offerte ! Demandez de la pénurie ! Demandez ! »

 

Finalement, seule la pénurie n'aura pas été en crise.

 

Abondante, généreuse, récurrente, têtue jusqu'à la nausée à chaque rappel... c’est sûr, c’est bien à labri du besoin, à l’abri de la crise qu’elle aura été cette pénurie  !

 

***

 

Ce qu'il faut et faudra condamner et sur ce quoi il nous faut et faudra demander des comptes à l'Elysée et à Matignon ainsi qu'à LAREM, c'est bien sur cette gestion d’une crise sanitaire de pénurie et non la gestion d'une mise hors de danger des populations.

 

***

 

Depuis trente ans, on nous donne à élire des hommes et des femmes qui n'ont aucune des qualités requises pour prévoir quoi que ce soit. Ca, nous le savons tous ; nous savons aussi qu'il n'y a plus de cloison étanche entre la politique et le monde des affaires ; tout comme nous savons que le pouvoir n'est plus à l'Elysée ni à Matignon ni à l'Assemblée. 
 

Dans les faits, nous savons tout ce qui importe ; nous savons tout ce qu'il faut savoir. 

 


***

 

Ce matin, deux journalistes (fauvelle et dény) de France-info ( la voix de l'Elysée) s'adressant à une dénommée Duflot, laissaient entendre avec cette Duflot, qu'un autre monde était possible, qu'il était temps de passer à autre chose, que le néolibéralisme c'est pas bien et que ci et que ça et que ci et ça ; ce même France-Info qui n'a pas cessé et qui ne cessera pas de soutenir l'Elysée et de "cracher" sur tous les acteurs de la contestation qui accompagne le quinquennat de leur candidat à tous : Macron. 

 

Aussi, ce matin, grande était la tentation d’éclater de rire à l’écoute de ces deux caricatures de tartuffes éhontés !

 

***

 

Si vous cherchez des contaminés, vous en trouverez ! Ce que vous en ferez ensuite ? Qu'est-ce que votre système de santé va bien pouvoir leur proposer ? C' est autre chose. 

 

Pourquoi croyez-vous que l'Etat français n'est pas pressé de les trouver ces contaminés et de gérer cette question : que faire des contaminés a- symptomatiques qui s'élèveraient à plusieurs centaines de milliers ? Les isoler ? Quel pays a les moyens d'isoler des millions d'individus en Europe ? Aucun.
 

***

 

Ehpads, maisons de retraite, fin de vie… les plus grands scandales sanitaires, éthiques et moraux des 50 prochaines années viendront de ces lieux... soyons-en assurés ! Les médias parviendront-ils à les étouffer ou du moins, à les minimiser si nos sociétés souhaitent y survivre, l'Etat et ce qui restera de la représentation politique et des corps intermédiaires ?

 

Des employés payés au ras des pâquerettes dans des métiers contraints, faute de choix et d’autres perspectives, seront impliqués ; les mutuelles de santé, les firmes actionnaires de ces lieux, leurs dirigeants seront incriminés ; des comportements à l’origine desquels on trouvera des choix budgétaires drastiques de type « pénurie » seront dénoncés. 

 

Préparez-vous au pire... préparez-vous à dégurgiter... 

 

Là encore, que personne ne s’en étonne car c'était écrit depuis la marchandisation du vivant, bien évidemment ; dans ce contexte on devra faire face à ceci : « Les vieux ? Vous avez dit les Vieux ? Marchandise avariée ! A la trappe les vieux pauvres et vieux ! »

 

***

 

Du PS aux Républicains - et leur accouplement qu’est LAREM -, en passant par les Verts, médias télé-radio, presse, éditorialistes, tous ont validé la décapitation d’un État stratège au profit de l’U.E, de son parlement et de sa Commission ! Tous ont obéi à cette U.E et à ses tables de la Loi au service d’une mondialisation sans honneur et sans justice !

 

Devoir les entendre aujourd’hui tous autant qu’ils sont, préconiser un « produire, gouverner et vivre autrement » alors que tous étaient au premier rang, témoins toutes ces années durant de l’incurie, de la nocivité et de l’injustice des choix qui étaient les leurs, n’est pas simplement scandaleux ;  leurs interventions à tous nous rappellent une nouvelle fois l’inévitable nécessité de devoir nous protéger de tout ce personnel et de son électorat…  

 

Aussi, il est temps de nous donner les moyens d’une autonomie susceptible de limiter l’impact sur nos vies, de l’action d’hommes et de femmes dont il n’y a plus rien à attendre, mais auprès desquels on devra néanmoins arracher les moyens de cette nécessité d’autonomie qui hurle maintenant à notre porte tel Cerbère. 

 

***

 

Produire en France» : le virage souverainiste de Macron ?

Y a que les médias de nos milliardaires pour y croire ou feindre d’y croire alors que tous ceux qui ont sponsorisé ce locataire de l’Elysée, toutes les réformes santé, retraite, chômage, travail... ont pour seule origine ceux qui ne pensent qu'en termes de globalisation et de mise en concurrence de tout ce qui vit, rampe, marche et crève... 

Médias de nos milliardaires, cessez de vous faire l'écho de la com de l'Elysée ! Merci de respecter vos lecteurs et d'effectuer sur cette com un travail de journaliste digne de ce nom.

 

Car macron, c'est de la com, que de la com... matin, midi et soir... une agence de com à lui tout seul dédiée à sa seule personne car cet individu ne voit d'avenir que pour lui seul. 

 

***

 

Rappelons ici que tous savaient ( classe politico-médiatique et économique maintenant inextricable car indissociable), tous connaissaient les risques de la globalisation et d’un hyper-libéralisme économique pour l’environnement, pour notre santé et nos capacités d’indépendance et d’autonomie de réaction face à ces risques ; des milliers d’ouvrages, des milliers de parution et leurs auteurs, des milliers d’interventions médiatiques sont là pour en témoigner depuis un demi-siècle. 

 

Seulement tous ne pouvaient pas ignorer non plus ceci : il n’y a pas de carrière politique, médiatique et tout autre carrière, pour quiconque s’oppose à l’agenda de l’U.E et à celui d’une globalisation sans responsabilité, sans honneur ni justice.

 

Aucune excuse ils n’ont. 
 

Mais alors, comment nous protéger définitivement de cette classe politico-médiatique et économique porteuse d’une véritable maladie virale contre laquelle nous sommes sans vaccin pour nous en libérer ?

 

 

***

 

Le personnel politique très versatile peut à tout moment faire volte-face si son avenir professionnel l’exige. Macron ne s'opposera donc jamais à ceux qu'ils l'ont coopté d'autant plus que Macron sait qu’il n’a pas d'avenir politique en France ; la France est bien trop petite pour lui en termes d’opportunités ; aussi, ses 20 prochaines années, c'est à l'international que Macron les consumera tel un coq en pâte ; pour cette raison, Macron ne cessera jamais d'obéir à ceux qui lui assureront ce confort tant convoité au sein d'un environnement concurrentiel mondial impitoyable. 

 

Cela étant établi, reste la puissance, la gigantesque puissance hypnotique, avec la complicité des médias de masse tout acquis à Macron et des classes supérieures, d’une communication destinée à un électorat dont un tiers des voix suffit à poser ses fesses dans le fauteuil élyséen. Communication dont les équipes de Macron ont jusqu’à présent abusé comme jamais auparavant ; à savoir : « Tout changer pour que rien ne change » car c’est à terme, la voie qu’empruntera une globalisation soucieuse de se survivre à elle-même ! 

 

 

***

 

 

 

 

 

Le gouvernement ne change pas d'avis : le gouvernement ment en fonction des moyens dont il dispose - moins il a de moyens plus il ment : hier, "le masque, ça sert à rien et les tests massifs non plus !"... parce qu'il n'en avait et n'en a pas ; aujourd'hui "le masque oui, et les tests peut-être !"... car ce même gouvernement se sent un peu plus à même de répondre à des exigences qui se sont toujours imposées, et ce depuis janvier et dont ce gouvernement n'a jamais douté. ................

 

Que les médias arrêtent de nous prendre vous aussi pour des imbéciles et de couvrir systématiquement ce gouvernement... 

 

 

***

 

 

A propos du dé-confinement, une question s’impose face à toutes les autres, car c'est sans doute la question la plus urgente étant donné l'incurie de l'Etat dans sa gestion de la crise et la promiscuité de l'Elysée et de Matignon avec des intérêts économiques privés importants (plus de cloison étanche entre le politique et la finance et l’économie depuis des lustres), lesquels intérêts sonneront très certainement la reprise du travail prochainement, salariés contents ou pas contents, salariés protégés ou pas - cette question est donc la suivante : sous la pression des acteurs économiques, l'Etat osera -t-il un dé-confinement sans masque pour la population et sans test ? 

 

Et si test massif il y a - comme il se devrait -, qu'est-ce que l'Etat a prévu comme solutions à propos de ceux qui devront être isolés ?

 

Si les semaines précédentes nous sont d’un enseignement quelconque, ne sortons surtout pas du confinement quoique l’Elysée et un quelconque comité scientifique nous disent !

 

 

***

 

Vous ne pouvez pas d'un côté sanctionner le promeneur solitaire et demander à des centaines de milliers de salariés d'aller travailler et d'accepter de voyager agglutinés les uns contre les autres sans protection dans des transports en commun bondés ! 

 

Mais alors, qu'est-ce que ce gouvernement nous dit : sa priorité n'est pas d'assurer la sécurité de tout un chacun mais bien plutôt de tester sa capacité à se faire obéir de nous tous ; de ceux qui sont destinés au confinement et de ceux qui sont chargés d'aller travailler ainsi que ceux chargés de sanctionner les contrevenants : les marcheurs solitaires et les salariés qui souhaitent exercer leur droit ou "non droit " de retrait. 
 

Pour cette raison, la crise actuelle représente bel et bien une opportunité : celle d’un chantier à ciel ouvert, grandeur nature, d’un test en soumission… des confinés, des salariés et des forces de polices : obéissance et silence.

 

 

***

 

Une fois le coronavirus vaincu, est-ce que demain sera en rupture avec ce qui se faisait hier… seule l'alternative suivante en décidera : ceux qui contrôlent l'agenda politique et économique de Macron (ce pour quoi ils l'ont coopté) le souhaiteront-ils ? Si oui (car sous la pression de la rue), Macron se fera alors un plaisir d'afficher un nouveau masque : le masque du repenti ; ce qui devrait lui garantir d'être ré-élu en 2022 ; dans le cas contraire, si le système ne se résout pas à abandonner une grande partie de son agenda ( à propos des réformes anti-sociales à mener, entre autres agendas) Macron devra boire le vin tiré jusqu'à la lie et le "Système" cherchera très vite un successeur pour 2022 ; ce qui ne le perturbera pas le moins du monde ; les candidats sont légion. 

 

L'avantage avec le personnel politique de ces 15 dernières années sur lequel le système porte systématiquement son choix, c'est qu'il n’est porteur d’aucune conviction idéologique ; ce personnel sans éthique, sans morale et sans honneur, adhère à ce tout qui lui ouvre les portes d’une carrière florissante. 

 

Aussi, ce dé-confinement de la globalisation, la sortie des programmes mondialistes néo-libéraux dont des centaines d’auteurs n’ont pas cessé de rappeler la nécessité depuis une bonne trentaine d’années, cette sortie sera-t-elle prise en charge par ceux-là mêmes qui l’ont toujours refusée ? Grande est la probabilité que leur motivation soit de cet ordre-ci : « tout changer pour que rien ne change ».

 

 

***

 

 

« Coronavirus : face à une telle crise, il faut un revenu universel ! »

C'est ça : tous au RSA.... et des primes en fonction des résultats et du niveau de soumission des salariés pour les salariés des classes populaires et petites classes moyennes ...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article