Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Elisabeth Levy, la marchande de 4-saisons du journalisme

 

              Opus 10 de la série "C-news, hyène de l'info : autopsie d'un cadavre audiovisuel" - après les portraits de Christine Kelly, Pascal Praud, Philippe Bilger,  Sophie Obadia, Sonia Mabrouk, Jean Messiha, Charlotte d'Ornellas, Jérôme Béglé, Jean-Claude Dassier, Mathieu Bock-Côté...

C'est au tour de Elisabeth Lévy

 

               Chroniqueuse chez C-news, né à Marseille de parents maghrébins (Algérie d'aujourd'hui), membre de la clique de Pascal Praud, au fil des ans, Elisabeth Levy, marchande de 4 saisons reconvertie dans ce qu'elle croit être le journalisme - un journalisme de 4 sous - à la tête d’un magazine plus connu sous le nom de « La bande à Causeur » qui a pour cibles les Français issus de notre histoire coloniale ainsi que la gauche, la vraie - anticolonialiste, anti-impérialiste et anti-raciste -, une gauche encore capable de dénoncer les discriminations partout où elles sévissent et en particulier, là où des E. Lévy se refusent à les considérer pour ce qu'elles sont -  la marque d'une volonté d'exclusion et de relégation - car une place gagnée contre le racisme c'est une place perdue pour celui ou celle qui l'occupait... 

 

Au fil des ans donc, chaque intervention de cette femme figure de proue du "national-sionisme" (1) laisse derrière elle non pas un parfum mais... comme une odeur de fruits et légumes, jour de marché, vers midi, quand des cageots remplis d’invendus gâtés par la chaleur, sont abandonnés aux clochards, SDF et autres indigents, juste avant le jet d'eau et la brosse des employés municipaux.

 

Car E. Lévy distributrice de bons et de mauvais points de "francité" aux unes, aux uns et aux autres... sur C-News et à la tête du magazine Causeur, soutien inconditionnel de Zemmour (2) candidat à la Présidence (non, on ne ricane pas !)... ce n'est rien d'autre que le coup de pied que l'on donne, en passant, pour le plaisir d'être le dernier à frapper ce corps inerte qui gît à terre, après avoir été copieusement tabassé, pour une fois l’outrage accompli, s'empresser de déguerpir au premier son retentissant du gyrophare d'une ambulance ou d'une voiture de police.

Papier journal froissé, chiffon... irrémédiablement, il y a chez cette femme  quelque chose de sale et d'indigne. 

 

             Elisabeth Lévy voue à l'Homme, l'homme au masculin... aux hommes harceleurs et violeurs en particulier... un culte sans bornes... de Strauss-Kahn à Polanski en passant par Weinstein. 

Aussi, à son sujet, grande est la tentation d'appeler à la rescousse la psychologie, puis la psychanalyse et puis... et puis...

En attendant, on ose à peine imaginer la nature et l'importance de la dette que E. Lévy a pu contracter au fil des ans après de tous ces hommes ! Car, force est de constater que E. Lévy, n'a peur de rien ni de personne ; elle n'a jamais craint ni le harcèlement ni le viol manifestement. On se demande alors de quoi les victimes de ces hommes illustres, appelons-les "Les hommes d'Elisabeth", pouvaient bien avoir à se plaindre !

Ah ! Toute cette ingratitude, vraiment !

            Rappelons à Elisabeth Lévy et à toutes ces femmes tête en l'air, pour ne rien dire de celles à la mémoire hémiplégique... qu'il y a chantage sexuel, harcèlement sexuel et viol quand une femme dit "Non !" Le fait que toutes ces femmes sans pitié pour leurs congénères aient pu dire "Oui !" plus souvent qu'à leur tour, et ce durant toute leur vie professionnel et privée, sans oublier celles dont personne n'exigeait quoi que ce soit, femmes volontaristes et volontaires...

Ce fait ne saurait donc, en aucun cas, autoriser ces femmes à reprocher aux victimes de viol de refuser de garder le silence car, soyons clairs : c'est aux victimes seules de décider quand et comment elles souhaitent faire connaître le crime commis sur leur personne ; crime demeuré impuni ; crime demeuré sans parole – que le crime soit prescrit ou pas.

Ce principe n'est pas négociable.

D'autant plus que la prescription n'empêche nullement la recherche par la justice de nouvelles victimes dont les faits plus récents ne seraient alors pas encore prescrits.

 

 

1 -   National-sionisme : la société israélienne comme modèle de société politique ; gestion militaire des départements à forte implantation africaine, maghrébine et musulmane (équivalent de la gestion par Israël des « territoires occupés ») ; officialisation d’un mode d’organisation sur le modèle de l’apartheid pour les classes populaires originaires de notre « ancien empire colonial » ; Netanyahu comme modèle de dirigeant politique : crapulerie et cynisme d’une injustice et d’une cruauté d’un autre âge comparés aux standards européens de ces 70 années passées.

 

2 -

Cette capacité qu’ont les « amoureux de la France » auto-proclamés d’accoucher qui d’un ou d’une Le Pen, qui d’un Sarkozy, qui d'un Pasqua, qui d’un Tapie, qui d’une Marion Maréchal, qui d’un Zemmour - un talus de gravats en lieu et place d’une montagne de granit -, est d'un pathétique consommé.

Rappelons que la France ce n'est pas "une grande gueule" ! Non, la France, c'est une grande voix. 

Il suffit de mentionner au choix... de Gaulle, Jean Moulin, Jaurès, Hugo, Jeanne d’Arc, Philippe Le Bel, Louis XIV, Descartes, Pascal, Montaigne, Montesquieu, Talleyrand, Arago… et combien d’autres encore… pour mesurer à quel point tous ces « France-lovers » n’ont pas pour souci la grandeur de la France ni son legs ni sa réputation mondiale ; il s’agit bien plutôt de brandir un drapeau tricolore dans un but, un seul : éructer leur haine irréductible, irrépressible, viscérale (haine chromosomique ?), à l’endroit de toutes les populations extra-européennes (titulaires ou non d’une carte d’identité française) et de ceux qui les soutiennent dans leur lutte contre le racisme, le mépris et les discriminations qui les frappent du berceau à la tombe.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article