Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Election américaine d'une Amérique qui ne veut pas partager le monde, intacte après quatre années de présidence Trump

 

 

Trump... c’est encore ( ça l'a toujours été) la même Amérique - refus de partager le monde ; refus d’une concurrence quelle qu’elle soit dans quelque domaine que ce soit -... même si... dans un style différent car nécessité fait loi...

 

En effet, la tentation de l’Américain blanc des classes populaires et des petites classes moyennes de cracher sur les 50 étoiles et les 13 bandes du drapeau US planté dans son jardin (menace de séparatisme que l’oligarchie mondiale américaine qui finance les campagnes des Présidents et qui n’a cure de l’histoire de l’identité de l’Américain blanc a su détecter et s’en alarmer depuis la présidente Obama en particulier mais bien avant aussi) devenait de plus en plus pressante... 

Il était donc temps de s'en rapprocher à nouveau de cet Américain blanc, tout blanc et en colère ; il fallait agir car les Etats-unis, pour fonctionner (son hégémonie et sa violence "at home and abroad") a besoin d’un soutien massif de sa population, même et surtout celle qui est maltraitée ; l’obligation d’un patriotisme moutonnier (l'anti-patriotisme étant unanimement condamné n'est pas une option pour quiconque à terme) y pourvoie depuis des lustres...

 

Pour autant... 

 

Trump ne sera pas réélu car, en politique, tous les jouisseurs (au sens psychanalytique) ne le sont jamais ; ils font un tour de piste et s’en vont tout comme leur électorat : en France, Sarkozy qui, en politique, s’autorisera, en parole et en action, tout ce qu’il aurait dû s’interdire jusqu’au jour où son parti n'a plus supporté sa personne. 

 

Les électeurs de Trump qui ont souhaité "se venger" de la présidence guindée et sournoise d’Obama, ne se mobiliseront pas.... maintenant conscients de l’inutilité des candidats de type "milliardaires rebelles sans cause"... 

 

Car, si cela peut soulager,  si l'on parvient alors à attirer l’attention sur soi, si cela défoule, on ne change pas pour autant les conditions de son existence avec un tel candidat et sans doute, avec aucun autre non plus ; conditions qui sont à l'origine de ce vote "dissident" en faveur d'un candidat "hors norme" qui, de plus, a son propre "agenda existentiel" ; comprenez : sa propre raison d'être en politique et de faire de la politique qui n'a pas grand-chose à voir avec le fait que les classes populaires blanches étaient et sont encore sur le point de réaliser que cela fait des années qu’on "les balade"… et que ceux qui s’avèrent appartenir à l’oligarchie mondiale anglophones abusent sans retenue et sans s'en cacher,  de leur crédulité... d’essence principalement patriotique.

 

 

PS : Trump, ce milliardaire rebelle sans cause, adore faire en sorte que ceux qui ne l'aiment pas le haïssent (Trump a été aussi élu pour cette raison par ceux qui se savent méprisés).

Si on ne comprend pas ça, alors on ne peut pas comprendre ce qui se passe partout dans les réseaux sociaux et dans les urnes... à toutes les élections... abstention comprise.

Aussi, ce phénomène n'est pas près de disparaître... étant donné l 'incapacité d' une remise en cause de la part de ceux qui décident qui est aimable et qui est détestable ; d'autant plus que leur "contrat de travail" à tous (ainsi que la base de leur recrutement) leur interdit tout discernement, toute nuance, toute distinction à ce sujet.

___________

 

 

Fabrizio Calvi est un spécialiste des USA, de la Mafia, lié à des informateurs ayant travaillé ou travaillant toujours pour la police ou les services secrets. Auteur de dizaines de livres, d’articles au long court et de documentaires, cet enquêteur s’est attaqué à Donald Trump pour traquer le président américain sous l’angle inédit de ses liens avec la ou plutôt les mafia(s).

 

 

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :