Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Francis Cousin ou la disparition d'une grande partie du réel... présent et à venir....

              

               Gourou et groupies en vidéo-conférence

               Ecoute religieuse, non critique, non interventionniste...

 

             Certes, Francis Cousin, disciple et exégèse de Karl Marx, a du talent ! Et puis... Francis c’est un peu finalement une sorte de poète… poète du fétichisme de la marchandise et de la baisse tendancielle du taux de profit ; mais tout de même ! Force est de constater qu’au fil des ans, ce Cousin n'aura formé que des "petits ventriloques cousiniens et cousiniennes" bien moins, tellement moins, doués que lui pour la "parlotte".

Dommage pour eux tous. Vraiment !

 

            Sinon…

            Affirmer sans relâche comme le fait Cousin qu’il n’y a que des rapports de classes, qu’il n’y a qu’une seule et unique lutte, celle des classes, n'est-ce pas aussi absurde qu’affirmer qu’il n’y a pas de « condition des minorités visibles » en tant que telle, que le racisme n'existe pas, que les discriminations n'existent pas, que des populations spécifiques - populations massacrées, sur-exploitées, aux richesses pillées sans vergogne ; populations que le racisme a racisées - n’ont jamais fait et ne font pas l’objet, aujourd’hui encore, d’une attention toute particulière lorsqu’il est question de les rabaisser, de les humilier, de les stigmatiser, de les discriminer, de les exclure ?

Négation dont Cousin est trop souvent coutumier.

Pareillement, affirmer sans relâche comme le fait Cousin qu’il n’y a que des rapports de classes, qu’il n’y a qu’une seule et unique lutte, celle des classes, n’est-ce pas aussi absurde qu’affirmer qu’il n'y a pas de "condition féminine" en tant que telle, condition dissociée d'une "condition masculine" qui plus est longtemps dominante…

Négation dont Cousin est bien trop coutumier.

Idem pour la « condition homosexuelle » telle que cette condition s’est imposée à la société en particulier au moment du SIDA ; et de bien d’autres conditions encore (1).

S’obstiner à nier ces évidences, n'est-ce pas faire l’aveu - certes involontaire tel un fâcheux lapsus révélateur d’un endoctrinement proche d’un lavage de cerveau dont nul ne peut décemment sortir grandi et audible -, d’une incapacité à véritablement rencontrer la « condition de l’autre », une incapacité à l'empathie, à la compassion (doit-on évoquer un biais dû à une culpabilité refoulée ; celle de l'homme Blanc qui refuse toute solidarité de responsabilité ainsi que le biais d’un homme au masculin qui n’a pas de don particulier pour l’écoute des femmes en général et en particulier ?) avec pour conséquence l'expression d'un flot d'analyses doctrinales dans la négation... que Cousin semble associer à la pensée de Marx alors que rien n’est moins sûr (2) ?

Cousin a réussi ce tour de force en tant que "marxiste" : faire de la condition humaine, de la réalité (des réalités) de cette condition dans toute sa diversité, une abstraction lexicale : gageure suprême. Car, avec Cousin, accoucheur de groupies, qui a poussé l’absurde jusqu’à devenir, dans un premier temps, lui-même une groupie de Marx puis, dans un second, son propre gourou, c’est une grande partie d’un réel contemporain (contemporain dans sa prise de conscience même s'il s'agit dans les faits "d'un réel de toujours" - réel antérieur à cette prise de conscience) qui a quasiment disparu (3).

Aussi, force est de conclure que seul le siècle de Marx intéresse notre docteur ès marxisme. Le voilà donc historien. Pourquoi pas ! Quant à l'avenir, il nous faudra nous passer de ses lumières, chaque jour davantage obscures, jusqu'à l'obscurantisme... encore une fois cause d'une interprétation de la réalité du réel purement doctrinale ; interprétation abstraite par voie de conséquence jusqu'à l'aveuglement ; aveuglement têtu qui cache sans doute des affects causes de biais aussi personnels qu'intimes.

Inavouables les affects (et leurs cibles) de Francis Cousin ? 

Confus, sournois, un peu lâche aussi, Cousin crachera-t-il un jour le morceau dans un "coming out" qui ne surprendra que ceux qui tout surprend  ?

A suivre. 

 

 

1 - Notez au passage que seul un « homme au masculin » est capable de nier la spécificité et la réalité de cette spécificité de la « condition féminine. Notez aussi que seul un Blanc appartenant à une culture dominante dans le cadre d’un rapport de force tout aussi dominant, est capable de nier la réalité du racisme.

 

2 – Notez chez Cousin cette tendance qui est la sienne à reprendre à son compte les thèmes ainsi que la terminologie qui s’y rattache, d’un courant de pensée situé à droite et à l’extrême droite (les femmes, les minorités visibles qui redressent la tête et le terme "grand remplacement" qui, à l'extrême droite, n'a rien à voir avec la dénonciation du remplacement d'une main d'oeuvre "qui va au syndicat à la première alerte" par une main d'oeuvre docile puisqu'aux yeux de cette extrême droite, il s'agit bien plutôt de la menace du remplacement de l'habitus des populations européennes ; de plus, pour cette famille politique, les syndicats d'ouvriers sont une plaie. 

Notez aussi la réduction de la réalité de nos quartiers populaires aux trafics de drogue et au séparatisme islamiste. 

 

3 - On ne peut pas ne pas avoir vu que Cousin ne s’intéresse qu’à Cousin !

Bien que groupie de Marx (un Marx à toutes les sauces, hubris à tous les étages)... Cousin a fini par « vendre la mèche » : en effet, il n’est plus capable aujourd’hui de cacher le fait qu’il est totalement à la merci d’affects qui structurent depuis toujours l’extrême droite : anti-féministe (rejet en bloc), anti-syndicaliste (rejet en bloc), anti-anti-raciste ( rejet en bloc : « le combat anti-racisme c’est des conneries ! ») ; essentialisation des populations issues de notre histoire coloniale ; élitiste faussement anti-élitiste - pour preuve son mépris à l’endroit du mouvement des Gilets-jaunes...

Sa présence à Radio Courtoisie explique tout ; le personnel de cette radio ne s’y est pas trompé ; on peut leur faire confiance.

Ce qui serait intéressant c’est de comprendre son cheminement à partir de sa biographie : comment devient-on (avec beaucoup d’autres avant lui) un Francis Cousin, adepte de l’émancipation « en marche arrière », via la manipulation, la confusion et la domination.

Tout comme pour d’autres « nés » avec le Web, il y a chez Cousin une sorte de charge d’ordre.... disons psychologique, sorte de poids qui le plombe car Cousin n’a rien à faire, rien à voir, avec Marx et la praxis marxiste ; c’est bien là, chez lui, où se niche l’escroquerie du personnage-web

 

Pour prolonger, cliquez : Un nouveau Karl Marx par Francis Cousin

 

         Une analyse exhaustive d'un Francis Cousin marxiste extrême-droitiste ( décidément, cette extrême-gauche des années 60 et 70 nous aura vraiment tout fait !) ICI

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :