Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Censure sur Médiapart : une rédaction sans courage...

 

        NB : le contenu de la publication censurée est disponible dans sa version écrite ICI

 

Précisons toutefois ceci : dans la partie Club de Mediapart, la désindexation de Google de tous les billets de blogs qui dérangent la ligne éditoriale du journal est la règle (expérience de votre serviteur abonné-mediapart de la première heure) depuis la création de ce média ; ce qui est jugé indésirable ne doit pas sortir de Médiapart car aucune libre parole ne doit effrayer des abonnés potentiels d'autant plus que Médiapart a la réputation de ne prendre aucun risque avec le désabonnement et ses chances de conquête de nouveaux abonnés.

Durs durs l'apprentissage et la pratique de la liberté d'expression ! Même chez Médiapart.

 

***

                    

              Précieux témoignages de deux infirmières et d'un aide-soignant : covid, vaccination, décès...

 

           Ne soyons pas dupes : si Plenel a une grande bouche, il pratique un journaliste adepte d’un "politiquement correct" qui fait l’unanimité dans tous les médias dits « dépendants » de leurs propriétaires milliardaires ; Plenel est juste un peu plus sournois que ses confrères ; pour preuve : ses boucs-émissaires et ses têtes de turc sont ceux de toute la presse dominante : Poutine, Erdogan, Trump, les gouvernements "populistes" d'Europe de l'est, l'Italie, Mélenchon... et ce sans nuances.

Car, acculé, Plenel, mou du genou (il perd souvent l'équilibre), vendra toujours sa soi-disant indépendance rédactionnelle au moins offrant dans ce domaine : à ses confrères d’une presse aux ordres.

Non diplômé du supérieur, sans rigueur intellectuelle, Plenel pratique un journalisme de l’affect : tout dans l’émotion car Plenel n’a manifestement qu’un souci : renvoyer en toutes circonstances une image positive de sa personne.

Pour cette raison, en tant que journaliste, Plenel est à cette corporation dont le niveau de professionnalisme s’est effondré ce que les Enfoirés sont à la charité face à la pauvreté : rien ne lui coûte ; tout lui rapporte.

             Aussi, force est de reconnaître une chose : dans ses interventions médiatiques, chez ses confrères de la domination, Plenel a rarement tort... c'est vrai ! Ce qui néanmoins ne nous empêchera pas de lui reprocher d’avoir un peu trop souvent facilement raison et de rechercher cette facilité, avec pour première conséquence : une prise de risque et un courage absents ; et pour seconde conséquence : rien d’important, jamais, ne sortira de la rédaction de Mediapart contrairement ce qu’on pouvait attendre de la création de ce média.  

Il est vrai que nous avions tout simplement oublié de consulter les CV de ses fondateurs : ci-dessous, Plenel en "bonne compagnie" alors qu'il était salarié du journal Le Monde au poste de directeur de publication ( à ce sujet, on pourra se reporter à l'ouvrage "La face cachée du Monde" - Péan/Cohen - qui précipitera sa démission).  

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article