Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Réflexion sur la question "Zemmour, médias et soutiens"

         

          NB :  Billet de type "work in progress"... régulièrement actualisé, développé, complété, enrichi...

 

              " Qui, à vos yeux, incarne le mieux les valeurs de la droite ?".... Zemmour arrive en dernier avec 13% auprès de l'électorat de droite et du centre droit....

20% seulement de l'électorat considèrent qu'il a la stature d'un Président.

Zemmour est aussi la personnalité la plus détestée des Français : 75% de détestation.

              L'essentiel a été sauvé car on pouvait légitimement craindre le pire ; la santé mentale des Français n'est donc pas en danger ; elle demeure intacte : lucidité et réalisme ; connaissance des vrais enjeux pour demain : salaires, conditions de travail, environnement, éducation, formation, services publics (la santé et le vieillissement de la population)... dans le cadre d'un projet de société solidaire et fraternelle.

Force est de constater que Zemmour ça ne sert qu'à une chose : faire ré-élire Macron en 2022 (42% au second tour ; c'est le plus mauvais candidat contre le locataire de l'Elysée) et à préparer l’alliance d'une partie de LR avec le RN pour 2027:  l'ouverture à l'extrême droite donc.

 

                Zemmour, c’est du fantasme ; celui des "petits Blancs relégués" qui oublient que la seule et grande gagnante (bénéficiaire) du racisme et des discriminations ce ne sont pas les classes populaires de souche européenne mais bien plutôt la bourgeoisie (blanche, bien blanche), de nos centres-villes et leurs progénitures ; petites têtes blondes appelées à occuper les postes les plus prestigieux et les mieux rémunérés en politique, dans les médias et les entreprises du CAC 40 tout comme leurs parents aujourd'hui.

 

Ces électeurs ont cherché des années durant avec les Le Pen le ticket gagnant du Loto au profit d’une politique discriminatoire à souhait dont ils comptaient et comptent toujours pouvoir récolter les bénéfices ! 

Leur erreur consiste à ne pas comprendre que leur relégation est concomitante de celle de nos minorités ghettoïsées et assignées aux tâches les plus ingrates. C’est la même nécessité pour cette bourgeoisie d'entretenir une relégation elle aussi concomitante mais cette-fois... du maintien de son standing et de son influence...

Hier avec les Le Pen seuls, aujourd'hui avec Zemmour, dont le soutien d’une petite bourgeoisie septuagénaire isolée et apeurée, ressemble étrangement au fond du caddie de supermarché, là où l’on trouve des feuilles de salade dé-séchées et des tickets de caisse jaunis, car Zemmour c’est le cadavre maintenant liquéfié de la politique française.

 

***

 

          Macron est déjà réélu ; tout le personnel médiatique, forçats de l’audimat - la fin justifiant les moyens... peu importent les propos pourvu que l'audience soit au rendez-vous ! -  le sait ; et le politique aussi. 

Pour les médias qui ont fait Zemmour et qui le "dé-feront" le moment venu ( aujourd’hui, c’est un « Zemmour disruptif d’un intérêt certain » qui nous est présenté  ; demain, à quelques semaines du scrutin, c’est  un « Zemmour danger pour notre démocratie » qui nous sera asséné - BFM-TV a déjà commencé de le "dégommer"), Zemmour c’est un capital d'audience  - médias pour lesquels l'audimat c'est comme l'argent, ça n'a pas d'odeur - aux recettes publicitaires en hausse pour les six mois à venir à moins qu'il ne s'essouffle avant, ce qui semble déjà le cas.

L'agenda de Zemmour, quel que soit le résultat de sa candidature - alliance de la droite et de l’extrême-droite pour 2027 - qui est aussi l'agenda de ceux qui le financeront prochainement - à ce sujet on doit pouvoir compter sur Internet et les acteurs de la contre-information pour nous indiquer l'identité de ceux qui le soutiendront à coups de centaines de milliers d'euros... -,

A propos de ceux qui seront appelés à gérer les comptes de campagne de Zemmour, dans l’enquête de France-info deux noms sont mentionnés :

- Julien Madar : âgé de 32 ans, il est le directeur général de Checkmyguest. Ancien banquier d’affaire chez Rothschild.

- Jonathan Nadler, qui a travaillé pour Rothschild avant d'être embauché par JP Morgan.

 

Cet agenda de Zemmour donc... n’a pas grand-chose à voir avec la stupidité qui serait la sienne s’il devait penser le plus sérieusement du monde qu’il pourrait être élu à l’Elysée car si Zemmour n’est que le fils de ses parents - son seul bagage est d’une nature historico-familiale -, il n’est pas un imbécile pour autant ; dans ce domaine, le seul sans doute, il reste lucide et réaliste.

Sa seule ambition : entrer dans l’Histoire comme celui qui aura permis l’alliance d’une droite dite de gouvernement avec l’extrême droite. C’est vraiment là tout ce qu’il peut espérer. Il saura s'en contenter le sourire aux lèvres, fier de lui.

 

 

***

 

           Cette capacité qu’ont les « amoureux de la France » auto-proclamés d’accoucher qui d’un ou d’une Le Pen, qui d’un Sarkozy, qui d'un Pasqua, qui d’un Tapie, qui d’une Marion Maréchal, qui d’un Zemmour - un talus de gravats en lieu et place d’une montagne de granit -, est d'un pathétique consommé.

Rappelons que la France ce n'est pas "une grande gueule" ! Non, la France, c'est une grande voix. 

Il suffit de mentionner au choix... de Gaulle, Jean Moulin, Jaurès, Hugo, Jeanne d’Arc, Philippe Le Bel, Louis XIV, Descartes, Pascal, Montaigne, Montesquieu, Talleyrand, Arago… et combien d’autres encore… pour mesurer à quel point tous ces « France-lovers » n’ont pas pour souci la grandeur de la France ni son legs ni sa réputation mondiale ; il s’agit bien plutôt de brandir un drapeau tricolore dans un but, un seul : éructer leur haine irréductible, irrépressible, viscérale (haine chromosomique ?), à l’endroit de toutes les populations extra-européennes (titulaires ou non d’une carte d’identité française) et de ceux qui les soutiennent dans leur lutte contre le racisme, le mépris et les discriminations qui les frappent du berceau à la tombe.

Pour cette raison, soutenir Zemmour, voter Zemmour c’est placer les populations issues de notre histoire coloniale ( encore une fois... titulaire ou pas d’une carte d’identité) au centre de la problématique française (genre : "On les mate, on s’en débarrasse et tous les problèmes sont résolus !).

Tous les partisans de cette analyse sont l’exact reflet de tous ceux qui placent les Juifs au centre de tous les problèmes : les uns sont bel et bien le miroir de tous les autres ; tous indignes.

Que les soutiens de Zemmour sachent que nous ne sommes pas dupes.

 

***

         

              Zemmour, ce raté de l'ENA (ratage dont il ne s'est sans doute jamais remis), né à Montreuil (93) dans une famille juive modeste et très religieuse d'Afrique du Nord (Algérie)… ne connaît pas les Français ; il ne connaît pas la France ; Zemmour ne connaît que la France des plateaux télés, des rédactions de journaux chroniquement déficitaires mais influents et des déjeuners complaisants à la Closerie des Lilas, semaine après semaine, trente années durant, avec des élus politiques très mal élus, discrédités, des chroniqueurs, des acteurs d’un CAC 40 sans frontières et des éditeurs opportunistes.

Se pensant arrivé... voire respecté et craint, tout arriviste et revanchard qu’il est… ce Zemmour c'est assurément la tache raciste, anti-humaniste, colonialiste et vichyste indélébile ; les médias s'en accommodent très bien car la bourgeoisie fera toujours le choix  (comme jadis le fascisme et le nazisme pour contrer le communiste) d'un Zemmour si le danger menace : celui de la remise en cause de sa domination (les places qu'elle occupe : le médiatique, la politique et les affaires), de son confort et moral et matériel ; son standing. 

              A ce propos... de la droite au PS, dans les médias privés, pourquoi donc ont-ils tous autant de mal à qualifier la parole de Zemmour de « raciste et complotiste » ; parole qui est pourtant celle d'un Le Pen des années 70 ?

De plus, pourquoi ont-ils tous autant de mal à situer Zemmour à l'extrême-droite, bien qu'il remplisse tous les critères d'appartenance à cette catégorie politique et alors que son mentor, Le Pen père, était qualifié sans hésitation de fasciste dans ces mêmes années 70 ?...

Cherchez... et vous trouverez que cette parole de Zemmour a tout emporté maintenant que cette parole fait "gagner des places" et n'en perdre aucune.

L'opportunisme et l'attentisme ont tout balayé ; le souci de carrière et la soif de standing dans la classe politique et la classe médiatique  - classes qui n'en font plus qu'une aujourd'hui - priment sur tout le reste : seules importent l'audience, les recettes publicitaires, la guerre de l'audimat entre les chaînes (C-News gagne haut la main jusqu’à présent) auquelle le personnel des médias doit se soumettre ; pour cette raison, il n’y a plus de journalistes ; seuls des animateurs soldats sont requis : des soldats de l’audimat ; quant à la classe politique, du centre gauche au RN... un électorat versatile incite à la prudence et à la complaisance.

 

***

 

            Autre point : Zemmour est juif ; ce qui le met bien évidemment à l’abri de tout soupçon d’antisémitisme (un des cinq critères qui définissent une appartenance à l'extrême droite), le seul et dernier délit d'opinion condamnable devant les tribunaux ; le racisme jouissant d'une impunité quasi totale...

Aussi, tous baisseront le masque car tous comptent bien (ré)-ingurgiter le vomi des Le Pen et des Zemmour (E. Lévy, Goldnadel, Finkielkraut, Polony, Fourest ; Onfray, proche de FOG, n'a pas hésité : il a plongé tête la première, fils d'ouvrier agricole perdu dans un microcosme médiatique trop grand pour lui finalement : vertige et confusion....) car tous y viendront pour n’avoir jamais vraiment, dans les faits cessé d’en être et d’y être, subrepticement et sournoisement pour les uns, à leur insu pour les autres ; ces derniers se connaissent si mal finalement ! Ils en étaient, ils ne le savaient pas.  

Seuls les naïfs ne l’ont pas soupçonné alors que ce n’était qu’une question de temps car tous attendaient le feu-vert ; au-delà de leur espérance, ce feu-vert est venu d’un Zemmour… l’homme en-dessous de tout mais… l’homme au-dessus  d’un soupçon, d'un seul ; celui qui importe vraiment aujourd’hui (l'anti-sémitisme)… et alors que toutes les paroles sont permises (racisme), en particulier, contre les plus faibles d’entre nous... comme un fait exprès.

Les Le Pen c'était et c'est sale ! En revanche, Zemmour, même plus sale que sale... c'est propre... plus propre que propre.  Aussi, tous s’engouffreront dans la brèche ouverte par celui qui lave et absout car aux côtés de Zemmour c'est l'impunité garantie... jusqu'à la respectabilité.
 

        Rappelons que Zemmour est une véritable star, en particulier chez les Juifs originaires du Maghreb depuis les années Barma-Ruquier-Naulleau, sur le service public ; de même au sujet de Marion Maréchal qui est très bien placée soit dit en passant chez les jeunes filles et jeunes femmes de cette communauté.

C'est sûr, force est de constater que quelque chose ne tourne pas rond là aussi !

Zemmour, chez Ruquier, cinq années durant, a tout dit... tout ! de ce qu'il pensait et de ce qu'il était...  face au personnel politique et face à ceux qui sont venus vendre qui un film, un spectacle, un livre, un CD ou bien dénoncer une injustice ; sa détestation couvre près de 70% de ce qui "fait" la France aujourd'hui ; et si l'on raisonne en termes d'électorat, cette détestation a pour cibles : l'extrême gauche, la gauche de Mélenchon, le PS, les centristes, la droite molle, les écolos ; dans le domaine sociétal et artistique :  le féminisme, l'anti-racisme, les artistes du Rap et leur public ; les associations "droit au logement", le syndicalisme ; en termes ethniques : les Arabes, les Africains, les Musulmans et tous ceux qui les soutiennent dans leur lutte émancipatrice.

Cinq années durant, chaque samedi soir, Zemmour vomira sa haine de et sur tous ceux qui ne lui ressemblent pas, soit 70% de notre France d'aujourd'hui.  

En ce qui concerne le racisme, cette opinion n'est pratiquement plus considérée comme un délit après la "jurisprudence Charlie Hebdo" ; d'où cette déferlante zemmourienne dans tous les médias, C-News en tête ( le véritable QG du candidat Zemmour), véritable organe médiatique dédié à la candidature Zemmour ; un Zemmour qui place nos compatriotes issus de notre histoire coloniale au centre de tous les maux de la société française ainsi que cette gauche humaniste anti-raciste, anti-colonialiste, anti-impérialiste et anti-atlantiste électoralement et médiatiquement pourtant laminée depuis les années 90.

Si l’on doit « débattre » avec ce Zemmour-là, tout en gardant à l’esprit qu’il n’y en aura pas d’autre, ce ne peut être que dans un seul but, un seul : rappeler que tout porteur d'une parole raciste doit être considéré en rupture avec un "Etat et notre société de droit" ( rupture philosophique, politique, juridique et morale) et qu’il ne saurait prétendre à aucune légitimité et respectabilité quelles qu'elles soient.

Il faut sans relâche exposer au grand jour les motivations réelles de cette petite frappe de la politique qui a osé "s'en prendre aux prénoms" de millions de nos compatriotes, sans vergogne, sans une hésitation, sûr de son impunité et de son bon droit ; plus récemment, sous les applaudissements d'une Sonia Mabrouk et des invitées présentes sur le plateau de C-News, exigeant d'une femme d'âge mûr qu'elle ôte son voile ; ce que cette femme très sociable fera avant de le remettre.

On ne manquera pas de noter que la "femme émancipée" de cette séquence c'est bel et bien cette femme voilée qui refuse qu'un homme lui dicte sa tenue vestimentaire...

Qui croyait prendre... est pris ! Un grand classique chez les imbéciles et les gourdes

Avec cet épisode sur-médiatisé à dessein, c'est un Zemmour pris en flagrant délit d'abus de pouvoir, de maltraitance qui nous est présenté ; un Zemmour pourtant porteur d'aucune légitimité, quelle qu'elle soit - légale, morale ou intellectuelle ; un Zemmour qui se situe au-delà de toute considération à propos de ce qui définit et fonde la légitimité : l'autorité qui a pour socle la confiance, la compétence et l'altruisme.

Comportement de voyou confirmé qui fait la loi dans son quartier ; et puis aussi : première manifestation d'une auto-mystification qui en annoncera bien d'autres.

 

***

 

            L’attitude des médias face au discours hyper-raciste de Zemmour – médias qui se refusent à situer Zemmour à l’extrême-droite faute de courage et pour ne pas contrarier leur audience -, quarante ans après Le Pen, est très très instructif : qui parle à Zemmour, qui parle de Zemmour, comment Zemmour est qualifié, par qui ?


A ce sujet, la confirmation de ce qu’on soupçonnait déjà depuis quelques années est arrivée : la montée lente et pernicieuse d’une droite qui place la question ethnico-identitaire au centre de ses préoccupations, soutien médiatique à l’appui (franc avec Cnews et la bande à Pascal Praud, Kelly et Mabrouk ; sournois avec France Culture et Finkielkraut - racisme, complotisme et communautarisme à la sauce Académie française), en particulier depuis que des pans entiers de l’économie (la production, ce qui est produit, comment, où, par qui, dans quelles conditions) échappent aux partis appelés à occuper l'Elysée et Matignon.


Durant les 20 prochaines années, attendons-nous donc à devoir vivre avec un "Faut être raciste (tout en niant son existence — ndlr) ; c’est maintenant une question de survie ; quiconque ne l’est pas, est un traitre et un danger pour notre Nation !".

 

           Rappelons que Zemmour qui n'est pas un intellectuel mais un essayiste "polémiste", appartient sans l'ombre d'un doute à une catégorie politique identifiée sous le nom de « extrême droite » (celle sortie de la Seconde guerre mondiale bien évidemment) définie selon les caractéristiques et attributs suivants :  

— réhabilitation de Pétain et des anti-dreyfusards
— réhabilitation de l’épopée coloniale au bilan jugé globalement positif (
Hôpitaux et routes... dans l'empire colonial français ! Il est vrai que le million de colons du Maghreb étaient tous équipés d'hélicoptères et d'avions leur permettant de se rendre chez un médecin de Marseille ou de Paris afin de soigner le mal de gorge du dernier petit.  Mais non... altruistes, tous choisirent de renoncer à ces hélicoptères et avions afin que les autochtones puissent eux aussi soigner leurs progénitures in situ à l'ombre des palmiers). 
— positionnement de l’étranger bouc émissaire (extra-européen en priorité) au centre de la problématique française (nationalisme racialiste) qu’il soit ou non titulaire d’une CI française.
— remise en cause des acquis des Lumières et de la Révolution française  : révolution bourgeoise certes ! mais pas seulement...

 

         On ajoutera : anti-féminisme (hétéro et homo), anti-syndicalisme, anti-parlementarisme (tous pourris !), homophobie...

 

 

         Pour ce qui est de l’antisémitisme... seul Zemmour qui ne peut en aucun cas être soupçonné de ce délit d’opinion ( excepté auprès du CRIF dont on négligera les avis étant donné  son communautarisme élevé à un niveau hystérique et paroxystique)... pouvait et peut  abattre la cloison jusqu’à présent un tant soit peu étanche entre la droite républicaine de gouvernement et une droite nationaliste de type racialiste et revancharde (extrême droite). 

 

Pour cette raison, seules les institutions juives de France peuvent faire tomber Zemmour (le débrancher ! L'intervention tardive d'un BHL n' aura rien changé pour autant) et ramener les médias à la responsabilité qui doit être la leur : culpabilité nationale aidant, culpabilité oblige ( rapport au régime de Vichy)... que cette culpabilité puisse être "instrumentalisée" pour une noble cause ( cause altruiste ; une fois n'est pas coutume !) tout le monde en sortira gagnant. 

 

Ce qui ne se fera pas tout seul étant donné l'immense popularité de Zemmour dans cette communauté.

 

A ce propos - rivalité et conflit entre Zemmour et le CRIF, entre les leaders médiatiques de cette communauté et ses membres... replacés dans un cadre historique, principalement celui de la Seconde guerre mondiale - on pourra se reporter à l'exposé qui se trouve ICI. 

 

 

                                                     ***

 

              Non content de son statut de journaliste politique, Zemmour s’est improvisé historien.

A propos de l'association « Pétain-de Gaulle » que Zemmour a ramené sur le tapis, « bouclier et épée » cher à R. Aron (plus un parti-pris qu’une thèse) et à quelques historiens principalement situés à droite, voire à l’extrême droite, destiné à minimiser l’importance historique de l’appel du 18 juin contre l’allocution de Pétain un jour plus tôt, rappelons que ce parti-pris a fortement ressemblé en son temps ( années 70) à une volonté de contester la personnalité envahissante de Gaulle et son rôle dans l’histoire du XIXè siècle, tout en cherchant à contourner toute tentative de culpabilisation des Français de l'Occupation et plus particulièrement, de sa classe politique (le vote en faveur de Pétain d'un parlement composé majoritairement d'élus du Front populaire - mais pas seulement) ; parti-pris de bourgeois soucieux de protéger une sociale-démocratie si précieuse pour cette classe à jamais parasitaire, ce "Pétain - de Gaulle, bouclier et épée", cet  "en même temps" macronien qui, soit dit en passant, n’a rien à faire en politique contrairement à ce que le locataire de l’Elysée et les médias ont tenté de faire croire... et Zemmour aussi à son insu manifestement (il est vrai que "le buz" peut  justifier toutes les contradictions et toutes les compromissions).

Car si gagner une élection c'est rassembler une majorité d'électeurs, « faire de la politique » c’est choisir sans camp contre tous les autres quand, du moins, il est sincèrement question de trancher et d’agir (Zemmour l'aurait-il déjà oublié avant même d'être en position de pouvoir agir ?) tout en gardant à l’esprit ceci : plus on est « dans l’action » plus on met en danger ses chances de réélection car c'est là que les ennuis commencent ; tout le personnel politique le sait bien avant les électeurs eux-mêmes jusqu'au moment où ces derniers, composés d'une partie de ceux qui ont élu ce personnel, décident de passer à la sanction ; l'abstention permet simplement de limiter l'ampleur de la défaite…  

Car, ce personnel politique ne supporte pas l’insécurité de l’emploi ; comme un fait exprès, la précarité c’est pour les autres, toujours !

 

           Si tous se proposent «  de faire » là où ceux qui les ont précédés « n’ont rien fait » - en particulier le candidat Zemmour : promesse qui n'engage que lui et ses soutiens ultra-minoritaires - c’est bien pour la raison suivante : encouragés par des électeurs somme toute complaisants et erratiques, voire imprévisibles ( ils y pensent autant qu’ils oublient ce qui doit et/ou devrait, être fait) ces candidats au « faire » se sont bien gardés de comprendre les raisons pour lesquelles ce qui « devrait être fait » ne l’est jamais quinquennat après quinquennat.

On évoque une absence de courage alors qu’à y bien regarder de près, même sans jumelle, ni microscope, la nature, le contenu, le sujet de « ce qui doit être fait » une fois « fait »  assurerait sans l’ombre d’un doute au « faisant » ( d’aucuns diront au « contrevenant ou « contrefaisant » – acteurs partisans d’un « Surtout, ne pas laisser faire !») d’être ré-élu ad vitam aeternam jusque dans sa mort même ; on imaginera alors un fauteuil de l’Elysée vide mais plein symboliquement de celui qui a su « faire » ce qui devait être fait.

Or, ne jamais interroger sérieusement le « pourquoi » de ce qui n'est toujours pas et jamais fait, vous condamne à ne jamais pouvoir expliquer pour, dans les faits, ne pas vous en soucier sérieusement, le « comment faire » : comment vous comptez vous y prendre ; l'important étant d'affimer que l'on fera, pour sûr !

 

              Zemmour parviendra très certainement à rapprocher une partie de LR de l'extrême droite maintenant vierge de son passé antisémite (en apparence seulement car l'arrière-garde l'est restée ; Zemmour ne s'en inquiète pas puisque tout ce petit monde  partage le même ennemi : les populations d'origine extra-européenne et ceux qui les soutiennent dans leurs luttes émancipatrices) ; scission à venir donc... c'est bien ce qu’anticipe déjà E. Philippe avec la création de son parti Horizons (il s'agit aussi de se préparer à l'après-Macron qui ne pourra pas se représenter en 2027) d'autant plus qu’aujourd’hui il n’est plus question d’une opposition entre la Gauche, la vraie ( Gauche qui n’est pas ou plus capable de gagner une élection quelle qu’elle soit) et la droite ; mais bien plutôt entre la droite mondialiste (Macron : PS + centristes de droite et de « gauche ») et la droite en partie souverainiste (LR + RN) qui place l’immigration, nos compatriotes issus de notre histoire coloniale, le Musulman… au centre de la problématique française et non les questions sociales et économiques en lien pourtant direct avec le mondialisme : saccage de l'environnement en phase terminale, hygiénisme, dictature des techno-sciences,  transhumanisme.... comme autant de nouveaux visages de l'eugénisme et d'une ingénierie sociale du contrôle des populations européennes en majorité réfractaires à l'U.E ainsi que de la maîtrise des flux des réseaux intellectuels d'une nature dissidente. 

 

Il n'est pas dit que l'extrême droite ne sache pas s'en régaler et s'en repaître. 

                  

                       

                Jules Renard, Knock ou le triomphe d'une dictature sanitaire indissociable d'intérêts commerciaux bien compris... cent ans avant son avènement !

 

***

             Immigration, banlieues, minorités originaires du Maghreb et d'ailleurs, insécurité... quatre sujets de prédilection des médias en mal d'audience ( ou bien médias insatiables qui n'en ont jamais assez : plus, toujours plus d'audience et de recettes publicitaires !) et d’une classe politique en mal de suffrages...            

             Mais alors, à ce sujet et à propos des enfants du couple Zemmour - enfants qu'ils n'ont pas souhaité scolariser à l'Ecole de notre grande République ; ils l'ont été dans une école privé hors contrat avec l'Etat ( comme rupture avec la République, l'on peut difficilement faire mieux ou pire) ; ces enfants donc ont-ils quitté l’Education nationale dès 16 ans en sachant à peine lire et écrire pour mieux les préparer à ramasser nos ordures, livrer les millions de colis du commerce en ligne, s'occuper dans les Ehpads du vieillard qui se fait dessus toutes les heures, les hôpitaux, aides à domicile, la restauration, l'hôtellerie, travailler sur les chantiers de Bouygues et d'Eiffage été comme hiver, nettoyer les bureaux de la défense dès 6H le matin... nos rues, nos métros, les salles de bains et les toilettes des clients des hôtels parisiens... avec comme seule récompense, un taudis pour logement, un mépris quotidien et un Zemmour soutenu par tous les médias privés pour leur rappeler qu'ils sont le problème, le grand problème civilisationnel auquel la France est confrontée ?

200 000 immigrés, chaque année (Insee - chiffre brut qui ne tient pas compte des départs), extra-européens pour la moitié d'entre eux, qui sont destinés à occuper ces emplois sans lesquels la France cesserait de fonctionner.

Non, pour les enfants de Zemmour ce sera Ecole de commerce et l'université Paris-2 Panthéon-Assas.  

 

***

 

                     

 

            Intégration, assimilation : antogame, Zemmour s'est marié dans sa communauté ; sa nouvelle compagne de 37 ans sa cadette (!!), conseillère du candidat Zemmour est elle aussi d'origine juive - Maghreb ; son entourage - financement et médias - l'est aussi ; Zemmour fréquente la synagogue chaque semaine ; il mange casher ; ses enfants sont circoncis (bat-mitsva effectuée)...

On peut parier que l''équivalent chez un Musulman n'aurait certainement pas trouvé grâce à ses yeux. Aussi, on ne manquera pas de noter ce qui suit : moins les choix de vie d’un individu sont en cohérence avec ce qu’il professe publiquement - opinions, analyses, parti-pris, engagements, détestations -, plus virulente, plus intransigeante sera leur expression dans la forme comme dans le fond : on pensera en particulier aux partisans de la thèse dite du « Grand Remplacement » … partisans sans enfants, sans famille ! Un oubli de leur part ?

 

                      

 

               Ghettos, communautarisme, regroupements ethniques, le département de la Seine-Saint-Denis tête de pont d'un grand remplacement de population… si l’on en croit Zemmour et ses soutiens…

A notre insu, les offices d’HLM (attribution des logements sociaux) seraient donc dirigés depuis les années 70 par les Musulmans, les Arabes et les Africains qui auraient alors opéré tous ces regroupements dans le 93 au grand regret des départements voisins tels que le 92, le 94 et les Yvelines de Saint-Germain-en-Laye à Rambouillet ?

Les Versaillais réclameraient donc de l’Arabe, du Musulman et de l’Africain à cor et à cri…. ulcérés à l’idée d’en être privés ?

La Caisse des dépôts et consignations qui financent le logement social à coups de milliards serait elle-aussi dirigée en catimini par ces mêmes minorités ?

L’aveuglement de Zemmour, sa mauvaise foi, sa bêtise éclatent une fois encore au grand jour. Il est vrai que la haine n’est pas simplement mauvaise conseillère, elle est aussi dégradante intellectuellement ; et c’est alors qu’elle fait de vous le cancre de la classe car tous ces ghettos d'aujourd'hui ont bel et bien été pensés, organisés à partir des années soixante, tout au long des années 70... jusqu'à aujourd'hui... par les offices d'HLM, les municipalités, les départements, les régions et l'Etat. 

               "Faites ce que je dis mais pas ce que je fais ! Pour vous les devoirs, pour moi le droit !"... manifestement, Zemmour est libre de tout dire parce qu'il ment ( si seul celui qui dit la vérité est exécuté... c'est bien le camp du mensonge qui s'en charge) et parce que son mensonge prend pour cible une communauté méprisée sans pouvoir, sans moyens. Ne cessons jamais de rappeler ce qui suit : 80% des propos de Zemmour sur les minorités arabes, musulmanes et noires transposés à la communauté homosexuelle, celle des femmes ou bien alors, la communauté juive, l'auraient de facto banni des médias et des réseaux sociaux en moins de temps qu'il faut pour le dire et l'écrire.

Aussi, cherchez l'erreur... pour peu qu'il y en ait une !

Nouvelle manifestation irréfutable d'un "deux poids, deux mesures". Sans aucun doute.

 

               Si d’aucuns ne cessent de nous dire qu’il faut « faire aimer » la France à tous nos compatriotes issus de notre histoire coloniale ( par décret ce « il faut » ?) Zemmour, lucide sur lui-même (ne nous trompons pas de pronom sur cette forme réflexive), ne souhaite pas s’atteler à une tâche qu’il juge superfétatoire… car cela ne lui a pas échappé pour s’en être félicité d’une part et d’autre part… pour en avoir recueilli tous les bénéfices…

Comment faire aimer une France qui a participé à la destruction de toute une région aux millions de morts et de déplacés (Moyen-Orient), une France qui a traqué un Kadhafi comme un animal après l’avoir reçu à l’Elysée, une France qui a permis cinq années durant à un journaliste politique de vomir toute sa haine de millions de nos compatriotes originaires du Maghreb et d’Afrique noire, chaque samedi soir, trois heures durant… une France qui considère la compassion comme la manifestation d'une haine de soi, une France qui a considéré que toute dénonciation de la politique d’un Etat colonialiste, nationaliste, raciste et impérialiste – Israël - relevait de l’antisémitisme, une France qui a organisé le bannissement d’un artiste de scène, activiste-satiriste, le plus doué de notre histoire après un sketch sur France 3 en 2006, une France incapable de dire « Non ! » aux USA, à l’Arabie Saoudite et à Israël, un Etat qui a organisé la ségrégation et la ghettoïsation de millions de Français pour mieux les stigmatiser une et deux générations plus tard, au nom d’un anti-communautarisme républicain d’une hypocrisie sans nom, un Etat, un pays, une nation qui nient l’importance des discriminations et ne proposent donc rien pour y mettre fin, un Etat qui cultive un deux-poids-deux-mesures sur toutes les décisions prises, tous les jugements rendus…  à l’encontre de nos minorités !

 

 

***

           

Pour les Zemmour de la politique liquéfiée des fosses septiques... qui combattent tous les mouvements d'émancipation - lutte contre le racisme, les discriminations, dénonciation du mépris médiatique pour nos minorités écrasées -,  le souci... l'amour de l'autre, la compassion... c'est de la haine de soi.

Belle inversion des valeurs (chrétiennes ?) soit dit en passant ! Cette inversion, c'est la Novlangue du racisme. A n'en point douter.

Enfermé dans la prison du racisme et de la haine, d'une revanche sur l'histoire, histoire des perdants (histoire familiale : l'expatriation - perte sous la contrainte du berceau territoriale propre à la généalogie zemmourienne - le Maghreb) qui n'ont rien compris à leur perte qui est la leur, le comment, le pourquoi, Zemmour a dérapé, dérape et continuera de déraper (pensons au Le Pen des années 70) car Zemmour ne peut pas s'empêcher , aussi, il ne s'empêchera pas ; il ne le pourra pas d'autant plus que Zemmour n’est pas un animal politique (ni stratège, ni tacticien) ; immature, irrationnel, Zemmour demeure le fils de ses parents ; un Zemmour qui n’a pas su se construire (tuer le père et la mère métaphoriquement) en toute autonomie ; il est vraiment l’anti-thèse de la perfectibilité de l’être humain, sa capacité émancipatrice ; notion qui définit en grande partie « la modernité. »


Sa cohérence est dans cette sorte d’infirmité qui est la sienne : son incapacité à refuser les déterminismes de la naissance ; cet arbitraire tyrannique et déceptif. Il est ce passé (son histoire familiale) qui refuse de passer.

Zemmour, ce n’est finalement que la continuation de la guerre d’Algérie par d’autres moyens.

Les racines de Zemmour sont donc à chercher sur les rives du bassin méditerranéen, côté Maghreb (autant pour son appartenance française !) : machisme, étroitesse d’esprit dans le cadre d’une culture qui supporte mal la rupture avec la tradition (et toutes les ruptures d’ordre moral et social)  ; pression communautaire dans laquelle l’individu s’autorise (ainsi que : à qui l’on autorise…) très peu d’autonomie de pensée et d’action ; d’où cette gigantesque auto-mystification qui caractérise la démarche de Zemmour dont seules trois décennies d'une médiocrité sans nom ont pu favoriser le développement et un passage à l'acte :  sa candidature à l'Election présidentielle de 2022.

 

              Zemmour c'est plus fort que la raison politique... plus fort que Zemmour lui-même...

             Orgueil, hybris... démesure... ce Zemmour qui vise le second tour de l'élection présidentielle bien qu'en pure perte puisqu'il sait qu'il ne sera jamais élu... exalté, shooté à l'idée d'un face-à-face avec un technocrate ( "s'en faire un enfin !") sans passé ni vécu... condamné à ne jamais vivre quoi que ce soit, éternel bleu-bite qu'est le locataire de l'Elysée...

Ce Zemmour qui a sévi cinq années durant sur le Service public chez Ruquier (puis C-News) arrive à son apogée : il le sait ; à propos de ce Zemmour... petit homme sans physique, malingre, à la pensée rachitique, on peut parier qu'il ne s'épargnera rien pensant n'épargner aucun de ses adversaires : la quasi totalité des membres de notre société ; et personne ne lui fera entendre raison alors qu'il serait bon de lui rappeler que la politique ne soigne personne, que l'on ne soigne pas ses névroses, sa paranoïa, sa psycho-sociopathie, qu'on ne se sauve pas au détriment de la dignité auquelle chaque être humain doit pouvoir prétendre. 

Zemmour qui n'offre aucun horizon d'espoir n’y pourra rien ; car les ados même sur le tard, très tard, sont capables de provoquer des catastrophes pour eux-mêmes longtemps après avoir cru quitter une adolescence demeurée tragiquement insurmontable car indépassable : la haine ne fait pas de vous un adulte mais simplement un être malfaisant qui mérite une correction : les urnes s'en chargeront, pour sûr ! 

 

***

 

            Zemmour qui n'est jamais que le ventriloque de Le Pen père des années 70, rappelons-le encore une fois, n'a jamais appelé à voter Le Pen lui préférant Sarkozy et d'autres...

Ce zemmour-là se maintiendra jusqu'au bout, jusqu'au soir du premier tour ; ce qui arrange bien les affaires du camp Macron car, avec une MLP positionnée au-dessus des 30% dans les sondages du mois de Juin... tous peuvent (ou pouvaient) légitimement re-commencer d'y croire : en particulier les abstentionnistes (ceux qui ont jeté l'éponge après cinq défaites successives de l'extrême droite - père et fille) et les opportunistes du parti LR ; et c'est bien là ce qu'il fallait éviter à tout prix : redonner espoir à tous ceux qui souhaitent renverser la table ; du moins l'espèrent-t-ils la renverser cette table alors que MLP n'en n'aura pas les moyens, ni la volonté ni les compétences ; sans oublier le fait que son entrée à l'Elysée provoquerait une crise morale, politique et constitutionnelle majeure : elle ne tiendrait pas plus de 15 jours - union nationale oblige ! du PS aux écolos, des centristes aux LR !)...

Au sujet de la candidate MLP, une remarque en passant : personne encore ne semble avoir compris à quel point elle est démotivée, épuisée, "rincée", sans doute en burn-out depuis des années maintenant ( grâce, il est vrai, à la mobilisation constante d'hommes et de femmes qui ne baissent pas les bras face à la menace anti-humaniste propre à l'extrême droite) - merci de vous reporter au témoignage suivant :  Julien Rochedy - mon expérience au FN

 

             Même perdant dès le premier tour (ce qui est assuré - échec tellement prévisible ; prévisibilité que des médias auront pris soin de cacher à une audience fantasmatique à souhait par ces temps de désillusions consommées), Zemmour sortira sans doute "gagnant" de cette élection puisque sa candidature aura remis en cause les chances de MLP de figurer au second tour, alors que cette présence est financièrement nécessaire - l'avenir de MLP en dépend aussi ; quant au parti LR, son échec au second tour face à Macron dont Zemmour portera une part de responsabilité (il aura participer à la division de la droite... avec pour conséquence... rancoeur, ressentiment à l'heure du second tour) facilitera ce que Zemmour appelle de ses voeux : l'alliance LR-RN pour 2027 et toutes les élections intermédiaires une fois les Le Pen évincés.

Seule la victoire de Macron le permettra. 

Ceux de LR qui s'opposeront à cette alliance devront rejoindre le parti d'Edouard Philippe "Horizon" nouvellement créé  ; parti destiné à préparer l'après Macron en 2027.

Gardons tout de même à l'esprit que la casse de cette dynamique MLP du mois de Juin par la candidature Zemmour, la droite nationale (RN) ne lui pardonnera que difficilement au soir de la défaite. Fendue en deux cette dynamique ! Sabotage de premier ordre ! 

               Tout occupé de lui-même dans une sorte d'auto-accaparement pathologique, Zemmour servirait donc indirectement la macronie - sans même le suspecter ? Difficile de lui attribuer le bénéfice du doute quant à cette ignorance qui est ou serait la sienne étant donné ses objectifs (l'alliance LR-RN)... d'autant plus que, rappelons-le car on ne le rappellera jamais assez, Zemmour, jamais, n'a appelé à voter pour la droite nationale.

Zemmour jouerait-il à "qui perd gagne" ? 

Quant aux LR, après l'élection présidentielle qui verra Macron reconduit, ils découvriront très vite que Zemmour est un boulet plus qu'un atout. Et c'est alors que Zemmour se retrouvera bien seul, très seul. N'aura-t-il alors qu'un seul souci, se faire oublier ? 

Nul ne peut prédire comment il vivra la situation. 

 

           Trois inconnues de taille demeurent néanmoins : Zemmour aura-t-il les cinq cents parrainages dont il a besoin pour se présenter ?

L’absurdité de la candidature Zemmour est révélée par le fait que l’obtention des 500 signatures dont il a besoin ne peut se faire qu’avec l’aide des élus LR ; divisant les voix de l’extrême droite, c’est alors que sa présence au premier tour ouvrira la porte du second tour à Valérie Pécresse, Zemmour, MLP se neutralisant l’un l’autre.

Une fois sa défaite confirmée dès le premier tour, Zemmour appellera-t-il à voter RN si MLP se trouve face à Macron ?  Et qu'en est-il du parti LR en cas de défaite dès le premier tour ?

Au lendemain de cette élection, Zemmour se retrouvera bien seul ; les LR le tiendront responsable ainsi que le RN, de leur défaite respective : non qualification de MLP pour le second tour ; double défaite potentiel de Pécresse – au premier et second tours.

Gigantesque auto-mystification et fourvoiement de Zemmour qui a manifestement confondu les audiences télés et les scores des ventes de ses ouvrages avec un soutien capable de le propulser à l’Elysée en effaçant et MLP dès le second tour et Macron au second.


Pathétique égarement.

 

***

 

                       

             Zemmour est au monde des idées et des représentations ce que Mylène Farmer est à l'art chorégraphique. 

 

Entouré de sarkozystes très discrets (propriétaires de médias et sources de financement) Zemmour est néanmoins seul ; accompagné mais seul ; aucun ralliement de poids à son profit... personne n'ose se mouiller - on dira "se compromettre" ; car, en cas d'échec, ce sera la disgrâce  morale : "Morts aux vaincus !"

En politique, on peut choisir de soutenir l'insoutenable à condition d'en sortir vainqueur car le suffrage sanctifie même ceux qui sont porteurs d'un projet scélérat. 

Cette absence de soutien revêt une signification particulière... quand on sait que de nos jours, les opportunistes sont légion et la classe politique vénale, avide de nouvelles rentes de situation (ne pas travailler, jamais ! Prendre, détourner, accaparer et ne rien rendre ; profil des Balkany et des Fillon, urine et excréments de la politique) : manifestement, tous ceux-là ne croient pas aux chances d'un Zemmour capable de renverser la table ni à la nécessité à la fois politique et morale de le faire ; en d'autres termes : à leurs yeux à tous, Zemmour va trop loin. 

 

             Arrive alors cette formule récurrente : " ... même si je ne partage pas ses idées... je pense que Zemmour etc,etc..." - Cogito précautionneux. 

Vraiment ! C'est surprenant à quel point parmi ceux qui soutiennent Zemmour face à ceux qui contestent sa candidature à cor et à cri, à quel point donc ils ne partagent pas ses idées.

A ce sujet, rappelons que nous sommes en démocratie ; ce que ces soutiens partisans d'un "en même temps" qui en rappelle d'autres, semblent vouloir ignorer ; aussi, tout un chacun est libre de manifester sa désapprobation sur quelque sujet que ce soit et à l’endroit de qui que ce soit.

 

                C'est à noter : Zemmour arrive après un premier quinquennat, celui de Chirac, un quinquennat pour rien, puis Sarkozy... le locataire de l’Elysée le plus corrompu de la 5è république ; François Hollande, homme sans qualité, qui a cru qu’on pouvait présider la France comme on préside à la destinée d’un parti politique (le PS en l’occurrence)… et enfin Macron, bleu-bite à jamais, éternellement, quoi qu'il fasse, où qu'il aille ( Macron n’a rien vécu… et ne vivra jamais rien sinon l’assiduité aussi déplacée que déviante d’une prof mère de trois enfants, à son endroit alors qu’il avait 14 ans) ; et enfin Zemmour en écho au Le Pen des années 70 et 80 pour lequel, rappelons-le encore une fois, il n’appellera jamais à voter...

Un Zemmour donc au pays de Montaigne, Descartes, Pascal, La Fontaine, Rousseau, Diderot, Robespierre, Mallarmé, Hugo, Jaurès, Jean Moulin, Renoir (père et fils), Carné, Berlioz, Debussy, Boulez, Valéry, Césaire… et combien d’autres !

De ce vin, grand cru classé, il n'en reste manifestement que la lie d'autant plus imbuvable et à terme... indigeste... qu'il s'agit maintenant d'une piquette. 

Zemmour a toutefois la lucidité de reconnaître que seul l’effondrement du niveau de la classe politique ainsi que celui des électeurs qui votent encore (la bourgeoisie, petite et grande, dans le cadre de son effondrement intellectuel et citoyen - disons...  moral)... sont responsables d’une candidature qui se situe autour des 15% : la sienne en l’occurrence.

Certes, d’aucuns feront remarquer ce qui suit : « Le pouvoir n’est plus à l’Elysée ni à Matignon. Aussi, quelque que soit l’élu.... l’U.E pourvoira. »

A ce sujet, on peut soupçonner tous les candidats de ces trois derniers septennats de l’avoir compris aussi.

            Le soi-disant « phénomène Zemmour » est une illusion d’optique (et acoustique parce que... ça hurle autour de Zemmour : ses soutiens sur C-News de Pascal Praud à Sonia Mabrouk en particulier !) qui a pour origine une marchandisation à outrance de tout ce qui "fait" information — audience et recettes publicitaires (c’est le côté trivial et factice du pseudo-événement qu’est Zemmour entretenu par des médias dont nos milliardaires exigent un retour optimal de leur investissement  – C-news en tête, véritable hyène de l'info) ainsi que l’impuissance du politique en économie avec pour conséquence une impuissance à trouver des solutions quant au social... (le sociétal étant le cache-sexe de cette carence) ; impuissance savamment organisée depuis les années 70 par les principaux acteurs économiques et bancaires mondiaux ainsi que par leurs porte-parole et autres hommes de main, qui arrive aujourd’hui à maturité - pourrissement puis déliquescence... - car Zemmour c’est la politique liquéfiée, celle qui repose au fond des fosses septiques avec pour seul moteur une histoire personnelle de la perte, du ressentiment, de la revanche et d’une haine qui jamais ne trouve de repos.

 

 

 

Le constat suivant "La France est à qui la prendra depuis que d'autres qui n'avaient que leur bagou et quelques millions d'euros de caisse noire pour seuls atouts et attributs l'ont prise !") destiné à des caniches de l'engagement a fatalement pour conséquence des raisonnements qui souffrent de rachitisme et des diagnostiques simplistes (puérils ?) car construits sur une réalité tronquée au regard aveugle, en grande partie culturellement pré-déterminé - entre deux anathèmes d’une intolérance capable du pire.

Illusion et prétention suprêmes : Zemmour ne prendra rien, il ne saisira que l'ombre de cette France qu'il croit connaître pour l'avoir fantasmée entre deux BD de Spirou, une bio de Napoléon (épopée dont la France sortira affaiblie à jamais : domination économique de la Grande Bretagne tout au long du XIXè puis celle d'une Allemagne née de Bismarck - domination économique et scientifique - plus tard cette même Allemagne placée sous la tutelle des USA ( l'Otan) après une courte interruption d'une dizaine d'années suite à sa défaite...  le temps pour elle de se refaire une santé), seul dans sa chambre d'ado dans un cadre familial dont on a pu évoquer tous les affres, d'autant plus que son histoire, ses obsessions, ses névroses ne sont pas les nôtres ; pas celle de la France d'aujourd'hui et de demain car elles ne concernent  qu'une histoire qui n'engage aucun avenir, aucune volonté déterminée mais positive, sereine, consolatrice et réparatrice ; ce dont nous avons besoin urgemment. 

 

                                                      ***

 

              Lancement de campagne de Eric Zemmour

 

          Marié depuis 39 ans, Zemmour, âgé de 64 ans,  a pour nouvelle compagne :  Sarah Knafo âgée de 28 ans.

Où va la France ? Quel avenir pour l’identité française ? Quel devenir pour cette civilisation qui est la nôtre - civilisation menacée comme jamais ? Questions qui hantent le candidat Zemmour.

Mais alors, ce même candidat aurait-il à nous proposer la réponse suivante : une France dans laquelle les pères mettent leur fille - voire leur petite-fille – dans leur lit ? Une civilisation dans laquelle l’épouse vieillissante est abandonnée pour une plus jeune ?

Zemmour, partisan d’un « jouir sans entraves » à la sauce soixante-huitarde ?

Qu’à cela ne tienne…

               

            Sur la forme... la vidéo de lancement de la campagne de "Zemmour candidat", fait preuve d’une incompétence crasse ; ce qui prouve qu’il n’y a pas de "talents" derrière Zemmour ; et c’est bien évidemment une bonne nouvelle.

Car enfin... dans le cadre de ce type de communication, on ne filme pas de profil (de 3/4), jamais ! En pleine lumière, un regard droit dans les yeux de son audience est une exigence ; on a donc recours à un prompteur ( l'image d'un Zemmour tournant ses feuillets au fur et à mesure de leur lecture est d'un ridicule achevé... scolaire et enfantin)...

N’importe quel acteur de la ré-information sur internet de ces quinze dernières années maîtrise sans difficulté ces pré-requis.

 

           Zemmour finalement, ce n’est qu'un plouc germanopratin - nouvelle catégorie socio-professionnelle propre aux médias et à la classe politique ; catégorie en expansion du fait de l'effondrement intellectuel des recrues dans ces deux secteurs d'activité.

Quant aux soutiens de Zemmour, ceux qu’il affiche et ceux qui s’affichent à ses côtés - tous jeunes, tous blancs, masculins dans une écrasante majorité... pas un cheveu qui dépasse, jeunes gens au profil de diplômés d’Ecoles de commerce mais de second choix (ceux sortis des meilleures Ecoles sont chez Macron depuis 2017) - il semblerait que ces soutiens aient tous les attributs des Traumatisés des cours de nos collèges et de nos lycées aux prises, toute leur adolescence durant, avec des hordes de voyous aux prénoms pas toujours catholiques : "Y'en a marre des Arabes... et des gauchistes de Mélenchon!" tel est leur programme et leur projet de société pour les années à venir, semble-t-il. Là, on est dans le dur, c'est sûr ! Dans le dur et chez les durs de la feuille... à propos des bonnes analyses à faire quant au passé et au présent : les faits, les causes, les responsabilités plutôt que les effets. 

 

        Sur le fond… bien évidemment, tout est mensonge dans cette vidéo ; mensonge, caricature, manipulation, diffamation par le truchement d'images de propagande !

Force est de constater que Zemmour n'en finit pas de nous parler de Zemmour ; un Zemmour qui ment ; c’est la raison pour laquelle Zemmour n’est pas et n'a jamais été, censuré durant toutes ces années.

Et puis... à bien y réfléchir... Jeanne d'Arc, Louis XIV, Napoléon... la France  présentée dans cette vidéo exclut près de 25 millions de nos compatriotes originaires de l'Espagne, de l'Italie, du Portugal, de Pologne, du Maghreb et de l'Afrique sub-saharienne et de combien d'autres pays encore...

D'aucuns ont eu la sottise de voir dans cette mise en scène d'un Zemmour s'adressant à la Nation française (de biais, de 3/4 !) un vibrant hommage à l'appel de de Gaulle le 18 juin 1940. Or, il est bien plutôt question de l'intervention de Pétain, un jour avant, le 17 juin de la même année, avec Charles Maurras en soutien : le pays réel, la France éternelle et le procès fait au Front populaire et à ces Français qui préfèrent les congés payés au travail.

              Ah ! Nostalgie oblige mais trente ans plus tard cette fois-ci : celle des années 70.

Tenez ! Avec tous ces immigrés, absents des films de Claude Sautet, occupés à se faire oublier, rasant les murs, relégués, invisibles, filles et fils de Harkis parqués dans des camps, d'autres nés dans les bidons-villes des Hauts-de-seine... véritables bombes sociales et culturelles à retardement...

Et puis aussi, dans les commissariats de notre République, avec sa police tellement républicaine, matraque à la main entre deux séances de torture - "Bien dans le fion la matraque !" - qui aura pour cible non pas un Arabe, mais l'Arabe... certes, à l'abri des regards indiscrets (dans l'indifférence du Figaro de l'époque, groupe Hersant de triste mémoire ; seul Libé s'en faisait l'écho à une époque où ce quotidien fondé par J.P Sartre faisait face à ses devoirs).

Il est vrai que "les années de plomb" à la française - celles de la guerre d'Algérie - n'étaient pas loin, là, tout près, maintenant de retour... aujourd'hui encore... avec cette "candidature Zemmour" : l'Arabe d'hier, le Musulman d'aujourd'hui, ainsi que la gauche, la vraie, gauche humaniste, émancipatrice, anti-coloniale et anti-raciste.

 

***

 

                     

 

          Premier meeting de campagne de Zemmour qui a revêtu d’une manière convaincante les habits d’un candidat à l’élection présidentielle avec un discours d’une grande habilité sur la forme comme sur le fond (il apprend vite le bougre !) - il a su faire oublier qui il est vraiment, lui et les dix mille supporters présents dans la salle (notez la présence d'un Eric Naulleau !) 


Macron est donc vraisemblablement ré-élu.

Valérie Pécresse (pilotée par un directeur de campagne nonagénaire) a peu de chance de figurer au second tour de cette élection - car peu susceptible de passer devant ses deux concurrents d’extrême droite ; en effet,  elle n'en a pas les qualités requises en tant que candidate -, qui verra un duel Zemmour/Macron ou bien Le Pen/Macron.

 

***

 

          Eric Zemmour, le croque-mitaine de cette droite de gouvernement né du gaullisme

Après des années sur le Service public à vomir sa détestation de près de 70% de la France, puis sur Paris Première et plus récemment sur C-news, comme explicité précédemment, Zemmour arrive à son apogée ; il le sait.

Sa candidature à la Présidentielle… toute la classe politique de droite, de toute la droite, ne lui pardonnera pas car elle aura contribué à la ré-élection de Macron et à désintégration du parti LR et du RN (éclatement, fusion, défections).

Zemmour ne sera donc rien interdit : orgueil, hybris... démesure... ce Zemmour-là vise le second tour de l'élection présidentielle bien qu'en pure perte puisqu'il sait qu'il ne sera jamais élu, exalté, shooté à l'idée d'un face-à-face avec un technocrate ( "S'EN FAIRE UN, ENFIN !"), un Macron qui réussit tout et que tout réussit (à la Banque, il gagnait l’équivalent d’un SMIC par jour, nous a-t-on dit ; il a été ministre, aujourd’hui Président… à 40 ans) face à un Zemmour qui a échoué à l’ENA, un Zemmour condamné à commenter la réussite des autres, prisonnier d'une petite boite qu'on nomme télévision (1) ; une boite sans mémoire, ou presque, un tribun chassant l'autre, fatalement.

Ne cessons jamais de rappeler que l'on paie très cher le « précédent » créé par l’élection d’un Sarkozy qui se sera autorisé tout ce qu’il aurait dû s’interdire le jour où il est entré en politique, a fortiori… à l’Elysée ; précédent qui nous a conduit à Hollande puis Macron ; un Macron qui sera à nouveau Président, le Président le plus mal élu et ré-élu de la 5è République (élu par défaut ; taux d’abstention record) ; aussi, on peut déjà prédire que tout se perpétuera (se terminera) à nouveau dans la rue pour les cinq prochaines années… notre démocratie se révélant, quinquennat après quinquennat, incapable de proposer deux candidats présidentiables (culture politique, histoire personnelle - parcours de vie -, programme, capacité intellectuelle et technique) au second tour de cette élection.

Doit-on alors remercier François Mitterrand, Les le Pen, Zemmour et les médias – Le Service public et C-News en particulier -, tous ceux qui ont orchestré, accompagné et participé à la destruction de l'élection présidentielle ?

Certes, il semblerait que le parti LR (rebaptisé à plusieurs reprises comme pour masquer sa dégénérescence et retarder sa mort) soit idéologiquement, historiquement, voire spirituellement, une coquille vide ; né du Gaullisme… et pour ce qu’il en reste depuis que Sarkozy a posé ses mains dessus ( Sarkozy le plus atlantiste de tous nos Présidents !)… il a perdu son âme au fil des élections et toute capacité à pouvoir se régénérer ; il mourra prochainement ; Zemmour n’aura fait que précipiter cette mort programmée depuis la fin de la Chiraquie ; Edouard Philippe l’a déjà prévu, lui qui pense à 2027, à l’après Macron, avec la constitution de ce parti transitionnel qu’est Horizons.

 

Valérie Pécresse n’y changera rien ; candidate sans vécu personnel autre que celui d'une « professionnelle de la politique », Neuilly, Versailles, Science-po, ENA… elle non plus ne connaît pas la France.

Quant à sa gestion de l'Ile-de-France ; si Paris n'est pas la France... la région IDF ne l'est pas non plus, sinon moins encore ; l'IDF ce n'est qu'un bassin d'emplois ; aucune qualité de vie ; aucune idée de terroir ; aucune charge historique ; aucune valeur symbolique n'y est attachée en termes de "Qu'est-ce que la France... qu'est-ce qu'être français" ; préoccupation à nouveau au goût du jour au sien de sa famille politique après quelques années de sommeil.

Avoir pour référent, pour mentor Nicolas Sarkozy qui s'est autorisé tout ce qu'il aurait dû s'interdire, être allée le consulter comme pour tenter de recueillir son soutien gage d'une légitimité pourtant plus que contestable… c’est faire l’aveu suivant : Pécresse est sans morale en politique ; elle est sans colonne vertébrale intellectuelle et idéologique (une de plus parmi les candidats aux élections) ; sans convictions dignes de ce nom, sinon une seule : ambitieuse, elle a su saisir une opportunité qui ne se représentera sans doute pas car c’est Edouard Philippe qui mènera prochainement la danse à droite d’ici 2027 et au-delà.

 

***

          Ce qui restera de l’épisode Zemmour destiné à la poubelle de l’histoire non pas politique mais médiatique des années 2000 - en dehors de la scission prévisible du LR entre pro-union-RN et antis -, ce sont ceux qui auront réclamé à cor et à cri que le discours raciste et complotiste de Zemmour puisse être accueilli sur le Service public, le RN n’y suffisant manifestement plus : le personnel du Figaro, Atlantico, Valeurs Actuelles, Marianne, C-News, l'Opinion, Sud-Radio, Le Point, le groupuscule formé par "la bande à Causeur"...

On n'oubliera pas.

Certes, une majorité d'entre eux appartenait déjà, peu ou prou, à cette droite bien à droite ; d'autres à l'extrême droite  ; et d'autres encore, plus timides, s'étaient contentés  (Polony de chez Marianne) d'un strapontin ; voilà que tous montent sur scène et rejoignent la troupe dont le guide suprême a pour nom : Zemmour... qui est dans le monde des idées et des représentations ce que Mylène Farmer est à la danse et à l'art chorégraphique. 


On n'oubliera pas de sitôt que tous se sont volontairement, cyniquement et lâchement interdits de qualifier ce discours de Zemmour comme appartenant à l'extrême droite ; d'où leur demande auprès du Service public ("Recevez Zemmour ! Arrêtez votre censure !"), qui annonce un mépris certain pour toute responsabilité d'ordre moral à propos des conséquences pour notre société, et en particulier pour dix à quinze millions de nos compatriotes.

Plus grave encore...

Journalistes, éditorialistes, invités des plateaux télévisés, analystes... on n'oubliera pas tous ceux qui ont considéré le plus sérieusement du monde comme envisageable, voire souhaitable, un "Zemmour à la tête de l'Etat français" ; prévaricateurs d'un parti-pris insultant pour cette grande voix qu'est la France et pour lesquels, manifestement, son gouvernement à venir se résumerait à un vaste ministère de la ratonnade.

 

                                                   

-----------------------

 

1 -

Quant à Stanilas Rigault âgé de 23 ans, du mouvement Génération Z - mouvement exalté de soutien à la candidature de Zemmour - dont les médias comptent bien s'en repaître, ce jeune homme qui n'est que le ventriloque de son père militaire qui lui a manifestement  « empoisonné l’esprit et bourré le mou », comme profil, force est de reconnaître qu’il a tout du "traumatisé des bacs à sable et des cours d'école, de collège et de lycée" : haut comme trois pommes, c'est sûr que ceux qui le bousculaient n'avaient pas tous comme prénom Jean-Michel ou Jean-Marc !

Pour autant, est-ce une raison de soutenir un "faux candidat" qui ne peut pas être élu, un candidat dont les motivations (revanche sociale et communautaire sur un plan historique d’ordre colonial) n'ont rien à voir avec un véritable souci de la France ?

La jeunesse serait-elle, à l'instar de la vieillesse, aussi un naufrage ? 

 

Pour prolonger, cliquez : Zemmour sur France culture en 2018

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :