Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Jean Castex : ni mèche, ni flamme... juste une tache brunâtre au plafond

 

 

          Jean Castex maintenant sur le départ...

Castex à sa nomination en tant que  Premier ministre n’était pas un petit nouveau pour tout le monde ; les professionnels de santé le connaissent bien. Entre 2005 et 2007, alors qu’il était directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère de la Santé (DHOS), c’est lui qui a introduit la notion d’objectifs dans l’hôpital et une rationalisation des coûts ; un tournant vu par le personnel soignant comme le point de départ de la casse de l’hôpital public.

Sa nomination a été considérée par ce personnel comme une véritable provocation.

         Dommage que les médias aient une mémoire aussi courte et de la lâcheté à revendre.

 

***

 

        Maitrisant l’autosatisfaction, manifestement convaincu de sa valeur et de sa légitimité – tout dans sa façon de s’exprimer et de s’adresser à la presse semble le confirmer, semaine après semaine… - à son sujet, grande est la tentation de partager le questionnement suivant : doit-on soupçonner Castex de cultiver sans vergogne un complexe de supériorité ?

Assurément !

Alors que... tout bien pesé... 

Commis voyageur corvéable et déplaçable à merci, bien-meuble, un Castex, ça se prend, ça se reprend... ici, là et puis ailleurs.

Castex se croit mèche et flamme, alors qu’il n’est qu’une tache brunâtre au plafond ; de la suie. Car ne nous y trompons pas : appliqué dans la lecture de son prompteur, Castex n'est pas maître mais élève ; un élève qui n'a qu'un souci : montrer à toute la classe (au premier chef... à la maîtresse - allez savoir pourquoi ! on imagine Castex encadré d'une maîtresse plutôt que d'un maître... de femmes plutôt que d'hommes en "petit garçon à sa maîtresse et à sa maman")... à quel point il a bien appris et retenu sa leçon. 

Sur les bancs de l'école, amoureux de bons points et de belles images, Castex devait être imbattable et impayable en récitation ;  et puis aussi,  il devait être d'un zèle  ( à son époque, l'épithète "fayot" était de mise) bien bien supérieur à tout ce que  des élèves pouvaient légitimement craindre d'un des leurs. Soyez-en assurés !

            Comme rappelé précédemment... à la tête, en tant qu'exécutant, de la réforme de l’hôpital, d'une rationalisation des coûts, nous tous payons très cher la bêtise et l'indifférence d’un système qui promeut celui (ou celle) qui le sert supérieurement sans jamais se retourner ; une caste qui cultive le délit de fuite en toute impunité : pas vu pas pris.

            Dommage que les médias aient une mémoire aussi courte et de la lâcheté à revendre au sujet de cet intérimaire de Premier ministre.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :