Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Emmanuel Todd, chercheur en récits mythiques ou quand le réel a disparu

 

 

 

            "Ce qui me frappe, c’est l’irruption en France d’un féminisme antagoniste qui ressemble à celui du monde anglo-américain, un féminisme de conflit (américain) ou de séparation (anglais). Notre pays se distinguait et faisait l’admiration du monde par son modèle de camaraderie entre les sexes.

 

***

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

Après le "mythe de l’assimilation" vendu par Zemmour - tradition française que le monde entier non envie sans doute alors que la France n’a jamais assimilé qui que ce soit ni n’a souhaité le faire… excepté dans le discours ; en effet, ça toujours été « baisse la tête, marche ou crève ! » pour les nouveaux arrivants, en particulier ceux du continent africain mais pas seulement –…

Non content de chercher à nous vendre le fait que « le patriarcat n’a jamais existé » (autant pour l'histoire des idées - trois siècles de prise de conscience - à propos de sa dénonciation par celles qui n'étaient pas toutes des gourdes !), dans sa dénonciation d'un féministe qu'il juge d'une misogynie agressive, dans son tout dernier ouvrage, voilà que Emmanuel Todd surenchérit avec le mythe d’une soi-disant « camaraderie entre les sexes » qui caractériserait la culture française depuis la nuit des temps ( temps immémoriaux) … après, sans doute,  le mythe d’une camaraderie paroissiale, en particulier… celle qui prend la forme de la caresse du prêtre sur la chevelure d’enfants studieux à l’heure du catéchisme - dans les faits, des centaines de milliers de viols d’enfants et d’adolescents ; et pour ce qui relève de la condition féminine : harcèlement, chantage sexuel et viol en veux-tu pas en voilà quand même !… par milliers… à raison de 200 viols par jour (notez que la vaste majorité des viols n'est pas déclarée), plus particulièrement dans les métiers à forte dominante masculine : média, journalisme, politique, les carrières artistiques, le cinéma, les entreprises tous secteurs confondus.

            Mais alors, pourquoi s'arrêter en si bon chemin ! 

            A quand un Emmanuel Todd soucieux de partager les conclusions de ses études à propos de la production industrielle de viande (à ne pas confondre avec l'élevage) par des troupes d'élites affiliées à la FN-SEA , bras armé d’une industrie agro-alimentaire du dumping sur les marchés émergeants - dumping qui ruine les économies locales - et de nos cancers dont cette industrie assure, année après année, la prégnance et la pérennité, sans doute, là encore, par fraternité, voire amour, pour les cochons, les vaches et leurs veaux ; amour qui a longtemps caractérisé notre monde agricole, c'est sûr ! français qui plus est, que le monde entier nous envie à raison de cinq cents suicides par an ; suicides concomitants à une maltraitance animale sans précédent... dans des abattoirs qui n'ont rien à envier aux chambres de torture qui ont fait et font les beaux jours des dictatures.

Et puis enfin, une fois touché le fond... tout au fond ( un peu à la Onfray)... après un "le patriarcat n'a jamais existé", à quand un Todd pour non déclarer droit dans ses bottes de chercheur retraité maintenant naufragé  ( la retraite serait-elle elle aussi une noyade et un enterrement ?) que le racisme n'existe pas non plus et qu'il n'a jamais existé ; que la wokisme n'est que la manifestation d'un racisme anti-blanc ?

Idée très en vogue dans les médias et à propos de laquelle de belles perspectives de carrière sont offertes à ceux qui souhaitent y souscrire.

Il y va tout droit.

Si l'on demeure libres, nous sommes maintenant prévenus : avec Todd, le pire est maintenant à craindre.

 

***

 

        Enfant gâté par les médias, encensé, plébiscité, Todd à la retraite, Todd s'ennuie. Depuis quelques années, dilettante, Todd n'a de cesse de se mêler de ce qu’il ne connaît pas et ne comprend pas. Todd qui n’a plus que des opinions, celles de sa classe, de son éducation et de son parcours professionnel, sombre lentement mais sûrement. Il n’est pas le premier… il ne sera sans doute pas le dernier.       

Force est de constater, à regret, ce qui suit : à propos de cet Emmanuel Todd qui s'évertue à nous fait croire qu’il travaille vraiment ses sujets… (un Todd qui, par exemple, et soit dit en passant, n’a aucune culture ni conscience écologistes ; un Todd qui ne comprend pas non plus ce souci  pour  la condition animalière qui est celui d'un nombre croissant de consommateurs… un Todd dépassé, largué sur bien des sujets, trop de sujets… en particulier ceux qu’il croit être capable de traiter pour penser en avoir la compétence), ce Todd-là n’aurait jamais dû quitter l’objet premier de ses recherches d'ordre démographique ; les systèmes familiaux en particulier ; études qui aujourd’hui, sont en partie obsolètes dans leurs conclusions un peu trop schématiques et caricaturales.

Todd présent sur le Figaro, Marianne, le Point, l'Express... est donc mûr pour C-News qui, nul doute, ne manquera pas, prochainement, de solliciter sa présence auprès de ses animateurs :  les Kelly, les d’Ornellas, les Mabrouk, les Pascal Praud.

 

***

             Qu'à cela ne tienne !

        "... Todd, fais-toi plaisir : oublie-nous tous autant que nous sommes et souhaitons de ta part le silence : silence de celui qui aurait enfin compris à quel point ce silence s'impose à lui car il est temps non pas de parler mais de te taire et d'écouter toutes les voix qui hurlent au supplice."

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :