Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs avant la fermeture de leur plateforme respective sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Floran Bachelier : la révélation

                                   Floran Bachelier, député LREM

 

A son sujet… une chose, une seule, nous frappe à chacun de ses passages-télé ; sur C-news, chez Pascal Praud principalement…

Que l’on se rassure : il ne s’agit ni d’un coup de poing ni d’une gifle…  mais bien plutôt d’une sorte de révélation ;  dans le genre : «  Mais oui, bien sûr ! C’est ça ! C’est bien ça !»

Notez que… si de prime abord il nous est donné d'observer ce Floran Bachelier plus que de l’écouter c’est qu’il n’y a chez lui, trop souvent, beaucoup trop souvent, voire… systématiquement, rien à entendre ou si peu, comparé à ceux dont il y a tout à comprendre, tout à réfléchir, porteurs qu'ils sont d'une réflexion qui force et l'attention et le respect.

Aussi…

Regards, élocution, sourire, maintien (dégaine ?)… ce qui frappe notre observation au sujet de ce député LREM… c’est bien cette quiétude qui est la sienne ; cette aise à la source de laquelle on ne manquera pas d’observer la seule chose observable à son endroit : l’auto-satisfaction ; une auto-satisfaction sans borne ; une auto-satisfaction éhontée.

Pour autant, ne nous y trompons pas ; il ne s’agit pas de n’importe quelle satisfaction ; non, décidément non ! car il s’agit  de la satisfaction de celui qui,  vraisemblablement, revient de loin ; la satisfaction de celui qui, au fond, tout au fond, n’en menait certainement pas large… voilà quelques années seulement ; en particulier, le jour où il lui a fallu voler de ses propres ailes ; oisillon apeuré.

On l’aura compris : il s’agit de la satisfaction du rescapé, comme un immense soulagement… et puis aussi, et puis surtout… la satisfaction jubilatoire de celui qui a trouvé finalement, disons... un « plan », une « combine » pour…

Devinez !

NE JAMAIS TRAVAILLER ! Non ! Jamais ! Ne jamais subir les affres d’une condition humaine de la subordination, voire de l’assujettissement… jamais !

Oui, la satisfaction ! La satisfaction de celui qui a pour seule ambition : une existence parasitaire qui suffit à son bonheur comme à chaque jour suffit toute la peine que l’on ne s'est jamais donné pour achever et mériter quoi que ce soit ; ce qui caractérise les êtres sans projet, sans courage, sans talent ; les êtres sans qualité ; des êtres d’une médiocrité d’une bonhommie d’une banalité désarmante.

Pour eux, avec eux, ce sera : ni devoir ni droit ! En revanche, comptez sur une licence morale et sociale totale de leur part – prendre, se servir dans l'espoir de n’avoir rien à rendre à qui que ce soit.

Ne jamais travaillez donc ! Au grand jamais ! Tous les autres mais pas lui ! Et pour mener à bien cette exigence, cette nécessité absolue, tel un impératif ontologique de premier ordre : la politique, cette bonne mère de politique, cette bonne fille aussi, cette vache à lait, traite dix fois, cent fois, mille fois jusqu'à épuisement maintenant rincée, essorée ; d'où une abstention aussi chronique que massive élection après élection.

La politique donc... ou bien plutôt… et plus prosaïquement, une occupation pour ce Floran Bachelier... au sein d’un système de représentation et de délégation ; ce qui diffère grandement de ce qu'il est convenu d'appeler un  "engagement politique » ; engagement respectable et louable au demeurant puisque cet engagement demande un peu de talent, quelques convictions, du répondant, travail, sueur et parfois larmes car dans cette activité, la défaite est amère quand on sait ce que l’on perd en cas d'échec : notoriété, séduction, prises d’intérêts et autres commissions, indemnités de toutes sortes et cumulatives, "bonus retraite " car élu un jour, élu toujours ! C'est une mise que l'on rafle alors. Pour preuve : cette énergie dépensée, cette dépense qui est la leur à tous pour ne jamais s'en départir, ne jamais en être exclus, ne jamais devoir faire sans, ne jamais devoir rendre son tablier, jeter l'éponge, la serviette, la bassine et son eau, dépités... non ! la rage au ventre, prêts à tuer père et mère pour y demeurer ou y revenir le cas échéant, y retourner... en politique, tel un assassin sur les lieux de son crime. 

La porte, ses gonds... tout devra alors céder devant cette addiction des médiocres, des cyniques et des paresseux, devant ce vice tapageur, opportuniste, indigne car sans honneur puisque seuls l'appât du gain - gain facile - et la promesse de multiples passe-droits dictent sa loi.

             "Floran Bachelier", vous dites !?

             Avocat d'affaires (du moins, l'a-t-il tenté), un temps au PS, de gauche mais pas trop car il faut à tout moment être capable de virer à droite, pariez que cet homme-là, aujourd'hui chez Macron, doit faire des milliers d’envieux parmi ceux qui en ont rêvé, d’autant plus que tous doivent bien se demander : «Mais comment cet individu falot… comment a-t-il manoeuvré ? Diable, pourquoi lui ?»

Mais... démocrassouille représentative oblige ! Il en fallait un ; il en fallait cent… et combien d'autres encore !

Alors... ce fut lui, ce fut... eux.

________________________

 

* député... et puis aussi : premier questeur de l'Assemblée nationale.

Pour info, les questeurs sont les membres du Bureau, exerçant sous l'autorité de celui-ci, la gestion administrative et financière de l'Assemblée. Ils élaborent, notamment, le budget de l'Assemblée, gèrent les crédits et engagent les dépenses.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :