Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

The education of Henry Adams : what it means to be of one's time

           Written in 1907 ; published after the author’s death (Henry Adams) according to his wishes.

 

                      “… the new American, to survive in a universe where there were no certainties – no law that could not be proved by its anti-law – would need to think in contradictions. To a rare degree, The Education of Henry Adams asks what it means to be contemporary, truly of one’s time…”

                            Jean Gooder on Henry Adams's work.

 

                  "Chartres expressed, besides whatever else it meant, an emotion, the deepest man ever felt,— the struggle of his own littleness to grasp the infinite. You may, if you like, figure in it a mathematic formula of infinity,— the broken arch, our finite idea of space; the spire, pointing, with its converging lines, to Unity beyond space; the sleepless, restless thrust of the vaults, telling the unsatisfied, incomplete, overstrained effort of man to rival the energy, intelligence and purpose of God. Thomas Aquinas and the schoolmen tried to put it in words, but their church is another chapter. In act, all man's work ends there;— mathematics, physics, chemistry, dynamics, optics, every sort of machinery science may invent,— to this favor come at last, as religion and philosophy did before science was born."

 

                                        Henry Adams

 

                                                                    __________________

 

 

               To be of one's time ...

 

                "Etre de son temps"  c’est épouser la contradiction ; c’est la souhaiter, c’est l’encourager, c’est la rechercher  ; c’est la raison pour laquelle nous tous devons absolument désirer rencontrer ( par le texte, l’audio, la vidéo ou physiquement) ceux qui « ne pensent pas comme nous ».

Dans ce domaine, l’art de la rhétorique est inopérant puisqu' il n’est pas là question de « chercher à convaincre » mais à comprendre : « Pourquoi celui qui me fait face pense ce qu’il pense ? Pourquoi a-t-il besoin de le penser ? Quant à moi, pourquoi je pense différemment ? Quel est le besoin qui se cache derrière ce que je pense ? Quid de ce besoin qui le mien de comprendre l’autre alors qu’il est tout autre ? »  

Et bien d'autres questionnement encore... en particulier à propos des affects indissociables de l 'histoire personnelle de tout un chacun. 

 

                 Pour autant, être de son temps, ce n’est pas faire preuve d’une incapacité à comprendre le passé ni à anticiper l’avenir…

Etre de son temps c’est être capable d’identifier et de comprendre toutes les contradictions qui ont forgé le passé – là d’où l’on vient tous -  ainsi que toutes les contradictions des enjeux et des ressorts de l’avenir.

Quiconque refuse l’idée d’une nécessité quasi ontologique des oppositions même les plus radicales, et de leur compréhension, n’est pas « de son temps » ; il n’est que « de lui-même », un petit « lui-même », tout mesquin, tout rabougri, miroir et symptôme d’une incapacité au dépassement… à l’auto-dépassement en particulier ; ce « quiconque » est alors assuré de ne rien comprendre au passé et à l’avenir.

 

                 Si la bêtise ou bien le cynisme en lien avec un intérêt personnel peuvent être la motivation première des êtres verrouillés à double-tour - verrouillés à dessein donc en ce qui concerne ce dernier cas de figure -, il n’empêche, l’aveuglement qui est le leur, viendra tôt ou tard, leur rappeler que l’on n’échappe pas à l’Histoire (à ne pas confondre avec le « matérialisme historique » d’un Marx et d’un Engels) telle que définie par la petite du même nom qui, bien plus tard, rejoint toujours les cahiers de la grande Histoire… celle qui s’écrit avec un H majuscule, laquelle, à son tour, devra se confronter aux interprétations aussi multiples que contradictoires venant de ceux qui ont embrassé cette discipline car, les faits, s’ils sont têtus, sont aussi évanescents pour mieux nous revenir autres, voire tout autres… car instrumentalisés à l’origine, ces faits...

Toujours !

                 Pour cette raison, les "procès en confusionnisme" ne peut alors venir que d'un esprit creux (si on oublie un moment la mauvaise foi de ceux qui souhaitent discréditer un adversaire idéologique) ; un creux... celui des abysses ; un creux sans fond ; un esprit creux que rien (expériences de vie) n'est venu combler ; rien ni personne. Une coquille vide. 

                Malheur à ce dernier !

 

-------------------------

Henry Brooks Adams (1838-1918) est un romancier et historien américain

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article