Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Xavier Bertrand et Laurence Ferrari : un "Je te tiens, tu me tiens par la barbichette" ; celle de la médiocrité

 

                   

 

           Parmi le personnel politique, force est de constater que l'on a rarement vu un élu sur-jouer autant ses modestes capacités à commenter, à analyser et à proposer quoi que ce soit !

De là à penser que Xavier Bertrand (puisque c’est de lui qu’il s’agit) se sachant médiocre, compenserait comme il peut ...  bourrin qu'il est (même par temps sec), démago par paresse, faute de courage aussi (à propos de la condamnation des propos de Mélenchon – 1), média-compatible faute de personnalité et de caractère ... d’autant plus que ces mêmes média ont la fâcheuse et judicieuse tendance à employer des interlocuteurs au profil identique : complaisance et médiocrité.

            On l'aura compris : privé de destin politique de premier plan ne possédant pas les qualités requises, vraiment, le cas "Xavier Bertrand" est aujourd'hui unique (on le rapprochera néanmoins d'un Bayrou ou d’un Manuel Valls) ! Sans doute cet homme s'est-il un jour tout simplement vu et cru être arrivé là où il n'avait et n'a pourtant aucune chance de se rendre... à moins d'un dernier et ultime effondrement du niveau général (moral et intellectuel) de la classe politique hexagonale.

             Au sujet de Xavier Bertrand, on ne peut pas ne pas penser à nos "années lycée"... où certains de nos camarades s'obstinaient à souhaiter rejoindre l'équipe de basket que nous avions formée alors qu'ils n'en avaient aucune des qualités physiques requises ( mais pas seulement) : désolés pour eux nous étions, vraiment !

A contrario, dans "le cas Xavier Bertrand", ce n'est pas désolés que l'on nous trouvera mais bien plutôt atterrés par l'évidence d'un quiproquo aussi absurde que pathétique : Xavier Bertrand en politique... (un peu comme un F.O. Giesbert ou un Joffrin dans le journalisme) distribuant les bons et mauvais points ici et là, aux uns et aux autres qui plus est… car... "les imbéciles ça ose tout ; c'est à cela qu'on les reconnaît".

 

Pour prolonger, cliquez : C-News, autopsie d'un cadavre audio-visuel

 

--------------

 

1 - Soit dit en passant, il n’y a que dans les Etats policiers et les dictatures dans lesquels tout questionnement des agissements de la police est considéré comme une atteinte à la sureté de l’Etat ; si ce Xavier Bertrand avait eu une once de courage et de vigilance quant à ce qu’il est pertinent de préciser suite aux propos de Mélenchon ( « la police tue » - car enfin, sans doute tire-t-elle à blanc à l’insu de leur cible qui en meurt quand même ?!), il aurait rappelé cette vérité à cette autre gourde nommée Laurence Ferrari qui ne sait pas qu’elle est payée pour l’être ( tout en gardant à l’esprit qu’elle ne pourrait pas ne pas l’être – tout son accoutrement l’atteste) car elle ignore sa bêtise incommensurable, tout mouton de Panurge qu’elle est… à brouter la même herbe dans la même pâture que la quasi-totalité des salariés des médias ; et Xavier Bertrand de s’empresser de lui emboiter le pas, terrorisé à l’idée de s’opposer à la sacro-sainte vulgate politico-médiatique.

Reste maintenant à Xavier Bertrand ( ainsi qu’à tous ceux qui partagent son indignation - en ce qui concerne Laurence Ferrari... elle en sera exemptée... car trop c'est trop !) de nous présenter  l’idée qu’il se fait d’une démocratie dans laquelle la police serait a priori au-dessus de toute critique, qui plus est… par un élu de la République.

"Qui croyait prendre est pris". Un grand classique chez les Xavier Bertrand d'un monde ouvert à tous les don Quichotte de l'intellect qui ne cessent de courir après ce qu'ils n'ont pas et n'auront jamais.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article