Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Maboula Soumahoro : civilisation européenne et identité noire

 

               "Maîtresse de conférence et fondatrice de l'association Black History Month, Maboula Soumahoro est une spécialiste de la civilisation américaine et de la diaspora africaine.

Au fil de ses travaux, elle interroge le rapport entre civilisation européenne et identité noire.

Au micro de Dialogues elle revient sur son parcours, ses combats, sa vision de l’identité française et nous parle de son prochain ouvrage, le Triangle et l’hexagone (éditions de la Découverte)

 

A l'aune de l'opposition dont ils peuvent tous faire l'objet, puisque cette opposition politique et médiatique n'a qu'un souhait - le retour de la communauté musulmane et des minorités visibles à l'invisibilité des années 60 et 70, tête baissée, reléguée aux tâches les plus ingrates,  à la merci des membres pervers et sadiques d'une police née de la guerre d'Algérie (ratonnades... en veux-tu en voilà !) -, laissons tous ces Français issus de notre ancienne empire colonial s'organiser car personne ne fera rien pour eux ; personne ! en cela, les 50 dernières années leur donnent raison aujourd'hui encore. 

 

Et c’est alors qu’ils reviendront vers nous.... car, pour l'heure, rien n’est pire que le sentiment d’impuissance, de ne rien pouvoir faire pour soi-même alors qu’on a eu l’erreur d’attendre tout des autres qui sont incapables de comprendre (et ne souhaitent pas le faire non plus de peur de devoir céder quelques places et remettre en cause quelques certitudes mêmes feintes et faussement réitérées ad nauseam), ce que les minorités dites visibles ont vécu et vivent. 

 

Il faut les soutenir pour cette raison ; parce qu’ils ont enfin compris ce qu’il fallait comprendre. 

 

"Touche pas à mon pote"... disait l’autre dans les années 80 et 90.

 

Or, le jour où le pote a voulu prendre la parole, l’autre a fait volte-face et s’est retourné contre ce pote (Lobs, Libé, Marianne, le PS) un peu moins pote maintenant que cet autre avait souhaité des années durant muet et confiant ; il est vrai qu'il était question à terme d'endormir et d'instrumentaliser ce pote. 

 

Mitterrand, Lang et Dray s'en chargeront avec SOS racisme et l'accès aux médias de Le Pen père.

 

Aussi,

 

Dès maintenant, il leur faudra exiger d'être présents dans tous les débats qui touchent à l'immigration, au colonialisme, à l'Islam, aux Français issus de notre ancien empire colonial, aux boat-people de la Méditerranée, au racisme, aux discriminations et à la couverture de tous ces sujets dans les médias de masse (radio, télé et internet)...

 

Il leur faudra Intervenir sur tous les événement culturels (colloques, expositions) qui touchent ces sujets... 

 

Il leur faudra exiger un droit de réponse sur tous ces sujets qui seraient débattus sans eux...

 

Il leur faudra alerter à chaque fois que c'est nécessaire et mettre face à ses responsabilités le CSA et exiger des actions, voire des sanctions...

 

Car.... les débats à huit-clos devant un public tout acquis à "la cause" (audience confidentielle qui plus est) ne sont d'aucune utilité. Il faut en sortir au plus vite... tout en gardant à l'esprit ce qui suit : avant d'intervenir dans les médias de masse, terrain hostile a priori du côté des animateurs et de leurs invités, il est d'une nécessité absolue de tirer toutes les conclusions qui s'imposent suite à l'analyse de l'environnement médiatique auquel les "disruptifs" sont confrontés.. car on n'a pas le droit de ne pas tenir compte de cet environnement sous peine d'être discrédités auprès de la majorité silencieuse qui n'a pour seule grille d'analyse de la réalité que ce que les médias lui donnent à penser. 

 

Ce qui implique le choix d'un ton et d'un vocabulaire adéquats, tout en restant d'une fermeté totale sur les principes ; ceux d'une morale humaniste et soucieuse de la justice des conditions d'existence de nous tous, bien évidemment. 

 

La vérité est dérangeante, aujourd'hui plus que jamais. Aussi faut-il savoir la communiquer au plus grand nombre : toute la difficulté (tout l'enjeu) est là : dans le dévoilement et l'adhésion. 

 

Tout discours accusatoire est contre-productif excepté quand il a pour but de dénoncer ad hominem des représentations et des propos racistes non-reconnus comme tels et qui bénéficient d'une complaisance qui serait jugée inacceptable s'ils touchaient une autre population.

 

Mieux vaut : "Voilà ce que nous avons vécu, ce que nous vivons" plutôt que : "Voilà ce que vous nous avez fait vivre et ce que vous nous faites vivre". 

 

Car, l'idée c'est de gagner des suffrages en convainquant ; sûrement pas d'en perdre.

 

 

--------------------

Réponse synthétique aux nombreux commentaires diffamatoires postés sur Agoravox TV suite à la publication de ce billet :

 

Contrairement à ce qui  a pu être affirmé ici et là, Leur "racialité", ils n’ont pas eu besoin d’aller la chercher aux USA, on leur a fait vivre cette « race noire » et la leur fait vivre, tous les jours de la crèche jusqu’à la tombe.

Ils ont tout simplement abandonné l’idée de se battre contre cette essentialisation raciale qu’ils subissent : ils l’ont finalement acceptée.... (notez que tous les commentaires postés leur rappellent cette racialité)...

Continuez... puisque vous ne pouvez pas faire autrement, à ne pas vouloir comprendre la décision qu’ils ont prise ; décision qui leur a permis de survivre sur un plan psychique, et ce afin de pouvoir se développer ... développer tout leur potentiel en tant qu’être humain comme tout un chacun ; pour cela, il leur a fallu assumer une bonne fois pour toutes cette "racialité" qu’on leur jette au visage depuis l’enfance, tout en prenant soin, bien évidemment, d’en tirer toutes les conséquences intellectuelles, politiques, culturelles et sociétales. 

 

Et c’est bien ce qu’on leur reproche : c’est d’en avoir tiré toutes les conséquences. En d’autres termes : ils ont décidé de vivre debout : noirs mais debout face à la couleur blanche. 

 

Le marxisme ? Il faut savoir en sortir de temps en temps ! D’autant plus qu’à propos de la lutte des classes, Marx n’aide pas les marxistes à penser les problématiques spécifiques suivantes, faute de les reconnaître et de les accepter : les femmes, le racisme, les discriminations, les minorités visibles, les minorités sexuelles, le post-colonial, l’absence de volonté de décoloniser les esprits...

 

Ce sont alors des millions de nos concitoyens qui échappent à leur grille de lecture.

 

J’ai souvenir un débat récent entre un intellectuel communiste marxiste et une jeune femme universitaire issue du mouvement des Décoloniaux ; débat qui s’est très vite avéré stérile : le communiste a fini par tenir le discours que tiennent ceux qui refusent de reconnaître les problématiques citées plus haut ; il ne voyait que des dominés et des dominants ; dans le déni, le piège marxiste s’était refermé sur lui ou du moins sa lecture « bornée de lecteur soumis » de Marx. 

 

Et c’est alors qu’on a pu être le témoin de ce qui suit : les propos de cet intellectuel auraient sans difficulté pu être validés par un militant LR ou RN. 

 

Est-ce que ce marxisme-là ne serait pas le cache-sexe du bon vieux réflexe propre à une culture coloniale dominante non expurgée et derrière laquelle une culpabilité sur la défensive peine à trouver une expression qui ne soit pas un véritable fourvoiement et un reniement ? 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article