Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le meilleur de Serge ULESKI : société, politique, art et culture

Etre au monde mais sûrement pas de Ce monde !........Quinze années d’édition de billets de blog sur 20-minutes, Médiapart et Nouvelobs sont réunies ici. Durant toutes ces années, sachez que tout ce qui est beau, rare, difficile et courageux ne m’aura pas été étranger ; d'où le choix de mes catégories et des sujets traités.

Ukraine : conflit russo-étasunien... en Europe : version courte

 

                Le problème avec le showman Zelensky, showman avec le sang des autres, c'est le suivant : n'étant qu'ukrainien, ne pouvant être qu'ukrainien ( et l'Ukraine c'est petit à l'échelle de l'Occident), il commettra fatalement l'erreur de penser que la population mondiale est ukrainienne ; pour cette raison, il ignore tout de cet esprit critique qui est le nôtre ; tout de l'ironie qui nous habite ; esprit critique et ironie que nous avons développés confrontés au cynisme sans équivalent dans l'Histoire récente, des têtes d'affiche de l'Occident de ces trente dernières années ; c'est cette ironie qui nous permet de survivre à ce cynisme abject et de ne pas en être contaminé : une protection salutaire que l'ironie !

Zelensky ferait bien d’y penser lorsqu’il s’adresse à nous ; ou du moins, lorsqu’il croit le faire.

 

-----------------------              

 

              Poutine ne pouvait pas ( ou "ne pouvait plus" ?) ne pas intervenir ; les USA ayant réuni toutes les conditions pour une telle intervention de la Russie (forcer Poutine à la faute ; à ce sujet, merci de vous reporter à l'épisode "Saddam Hussein et Koweït" ) après des années de mépris et de violation des accords verbaux et écrits (accords de Minsk en particulier) à son égard ; sans oublier la politique d'expansion des forces de l’Otan vers l’Est.

 

                    

 

Objectif atteint : la Russie est maintenant infréquentable -  hors-jeu la Russie, moralement et économiquement sur la touche !  - pour les deux prochaines décennies ; et l'Europe... isolée, fragilisée, en particulier, dans ses approvisionnements énergétiques ; une Europe hyper-dépendante des USA…

           … USA qui, désormais, vont pouvoir tranquillement gérer leur relation avec leur principal, et bientôt unique, concurrent économique et technologique : la Chine…

Une guerre froide nous est promise ; guerre qui fera, une nouvelle fois, la fortune du complexe militaro-industriel US. 

 

                    

 

              Les USA se moquent du sort de l'Ukraine ; le pauvre Zelenski, ancien comique troupier, vient juste de le découvrir (à moins qu'il ne soit complice des stratèges US) ; l'important est accompli : le risque d'un rapprochement U.E-Russie (sur un plan énergétique en particulier) est définitivement écarté.

Les USA qui ne veulent à aucun prix partager le monde avec qui que ce soit (partager l’hégémonie culturelle, technologique et militaire qui est la leur), peuvent être satisfaits.

Cela « n’aura jamais coûté que quelques milliers de vies » à l’Ukraine ; une Ukraine dévastée ; victime collatérale d'une politique de "containment" et de l'U.E et de la Russie, d’une pierre deux coups.

Car enfin, qui, au sortir de cette crise, sera gagnant et qui sera perdant(s) à moyen et long termes  ?  

Quant à l’immense déni des médias occidentaux sous prétexte qu’il n’y a pas de chèque en fin de mois ni de carrière pour ceux qui refuseraient d’être les acteurs d’une propagande qui, une fois de plus, trahi la déontologie du journalisme...

Qui s'en étonnera ? Plus personne.

 

                         

                      Pour prolonger, cliquez : Les crises-Ukraine

    

***      

                    

Sapir est courageux mais pas téméraire. Salarié de RT-France et d'un think-tank américain d'analyse autour de la "ressource pétrole"... en fait, il n'en mène pas large !

Aussi, dans cet entretien, Sapir oublie sciemment le rôle des USA qui ont pris le contrôle de l'Ukraine voilà une dizaine d'années ; USA sans lesquels il n'y aurait pas de guerre aujourd'hui ; USA... seule clé qui permet de comprendre l'attitude de l'Ukraine de ces huit dernières années vis à vis de Poutine : le non respect des accords de Minsk, entre autres manquements et provocations destinés à force Poutine " à la faute".

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article